Blog

Université catholique à Annecy

Annecy :  une ville étudiante portée par sa jeunesse ?

Le Grand Annecy a pris le parti de financer à hauteur de 1,5 millions d'euros l’installation de l’Université Catholique de Lyon (UCLy) à Annecy. Les délais légaux pour remettre en question cette délibération sont désormais dépassés.
À Réveillons Annecy, nous défendons ardemment l’éducation publique et l’accès gratuit à l’enseignement supérieur. A l’UCLy les frais de scolarité seront compris entre 2500 et 7500 €, selon les revenus.

Être stratégique et cohérent sur les investissements publics

L’implantation de l’UCLy est justifiée pour répondre aux besoins du tissu économique local. Cette démarche s’est faite en complète coopération avec l’Université de Savoie Mont-Blanc.  Mais le risque est important de voir une ville moyenne comme Annecy se voir dépossédée progressivement  d’une offre de formation universitaire large et de qualité, en phase avec la dynamique économique territoriale. L’Université Savoie Mont-Blanc (USMB)

a remonté de nombreuses fois les attentes des entreprises pour des
formations de juristes ou de managers industriels, sans succès. Quel
Maire, quel Président d’agglomération a volé au secours de l’USMB,
pour relayer ces attentes et doter nos établissements de moyens
nécessaires à l’ouverture de nouvelles formations
? Aucun.

L'USMB : un enseignement supérieur à valoriser

L’USMB occupe une place inégalée dans le paysage universitaire français : des laboratoires de recherche reconnus dans le monde entier, une synergie avec le monde économique avec le Club des Entreprises qui sert de modèle dans le monde universitaire français (soutien au développement de la filière Outdoor, au pôle de l’Image, à la mécatronique), des formations de qualité qui se traduisent par un fort taux d’employabilité. Si le Schéma Régional d’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation est désormais de la compétence de la Région, le Grand Annecy se doit de porter une vision de l’enseignement supérieur pour son territoire.

 

Un devoir de laïcité

Annecy doit devenir une véritable ville étudiante et ne peut, pour se faire, se contenter d’une stratégie opportuniste d’accueil de tous les acteurs de la formation. La collectivité doit respecter la loi de 1905 sur la laïcité et ne pas financer des investissements patrimoniaux privés ; sans quoi elle se verrait obligée d’ouvrir cette perspective à d’autres acteurs de formation, quel que soit leur culte.

Une ville étudiante portée par sa jeunesse

Ce que doit porter Annecy c’est une vision de l’enseignement supérieur ouverte à tous les revenus, égalitaire, structurante pour le territoire et attractive tant pour les acteurs socio-économiques que pour les étudiant·es du monde entier. Pour cela, le Grand Annecy doit dessiner un véritable campus avec des services, des transports, des possibilités de logement accessibles. Le Campus d’Annecy-le-Vieux n’est aujourd’hui qu’une succession de bâtiments dédiés à la pédagogie, sans vie, sans lieu de convivialité, sans commerce et avec une offre de transports en commun inadaptée au plus grand nombre. Le Grand Annecy se doit de valoriser l’Enseignement Supérieur Public et coordonner les complémentarités entre les autres acteurs de formation, pour que les formations des uns ne viennent pas cannibaliser les autres et pour que l’USMB ne devienne pas l’Université du pauvre. C’est une véritable logique de coopération et de pilotage qui peut s’instaurer entre tous les acteurs de formation, les collectivités territoriales, les étudiant·es et les acteurs socio-économiques pour qu’Annecy devienne une ville étudiante portée par sa jeunesse.