#Covid19

Annecy : comment améliorer la santé des habitant·es ?

Santé à Annecy

Quand on vous dit « SANTÉ » à quoi pensez-vous ?

Réveillons Annecy a réalisé un petit sondage auprès de ses sympathisants et colistiers pour connaître ce que le mot “santé” évoquait pour eux. À la question : “quand on vous dit Santé, à quoi pensez-vous?”, les mots les plus cités sont « bien-être », mais aussi des mots appartenant aux champs lexicaux du bonheur et de la vie.

Ainsi, comme on aime à se le rappeler à chaque nouvelle année, la santé est essentielle pour la plupart d’entre nous: elle est perçue comme un élément positif et crucial pour vivre de façon épanouie. La notion de “santé” est globale. Elle va au-delà de l’absence de maladie, comme souligné par les réponses au sondage.

La santé en 2020

La valeur donnée à la santé a évolué au cours de l’histoire. Aujourd’hui, elle est considérée comme primordiale si bien que ces derniers mois, le monde entier a été chamboulé par des questions de santé. La crise sanitaire du COVID-19 a mis en évidence de manière inattendue une forme de consensus mondial autour de l’importance donnée à la santé et à la vie.  Elle a également mis en évidence la relation entre les inégalités sociales et les inégalités de santé. 

En effet, non seulement le confinement n’a pas eu le même impact selon les conditions de logement, la situation familiale, le statut professionnel, l’équipement informatique et le niveau social; mais il a aussi été mis en évidence que nous n’étions pas égaux face au virus lui-même. Selon notre âge mais aussi selon notre catégorie sociale, l’impact des contaminations était d’une gravité variable. Les catégories sociales les plus populaires, souffrent en effet plus souvent d’obésité, de maladies cardio-vasculaires, d’affections métaboliques ou encore d’affections de longue durée comme l’asthme, les infections pulmonaires ou les insuffisances rénales. Autant de facteurs aggravants en cas de contamination qui les rendent aussi plus fragiles face au Covid-19. Elles sont de surcroît plus fortement exposées car plus nombreuses que d’autres à devoir travailler sans pouvoir exercer de télétravail.

Cette crise a donc confirmé l’importance de ce que les spécialistes nommaient déjà auparavant les « déterminants de santé » : la santé est déterminée par plusieurs paramètres, en particulier des facteurs sociaux, économiques  et environnementaux, notamment le logement et l’urbanisme, l’éducation, l’alimentation, l’emploi, l’environnement, le cadre de vie, etc. Elle a aussi démontré que les réponses les plus pertinentes se tissent au niveau local, dans la solidarité́, avec l’ensemble des acteur·rices locaux·ales, en particulier avec les habitant·es.

La santé au cœur des politiques municipales pour Réveillons Annecy

Réveillons Annecy a construit son programme de façon à placer la santé de manière transversale, au cœur des politiques municipales. La crise sanitaire n’a fait que renforcer cette intention de faire d’Annecy une « Ville Santé ».

Si une municipalité a un pouvoir limité pour agir directement sur le secteur de la santé, elle a de nombreuses possibilités de favoriser la santé de ses habitants. Autrement dit, une municipalité ne soigne pas mais peut prendre soin de ses habitants et participer à la création de conditions de vie propices à la santé pour tous et ainsi réduire les inégalités de santé.  

En France, un réseau de villes qui oeuvre dans ce sens existe: c’est le réseau des Villes Santé de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Créé́ en 1990, ce réseau développe et soutient la coopération des collectivités locales visant à créer des politiques favorables à la santé participant de fait à la réduction des inégalités sociales. Les objectifs sont également de produire avec des chercheurs, de nouvelles connaissances adaptées à la décision locale et d’influencer les politiques nationales dans leur soutien. Il regroupe à ce jour 92 villes et intercommunalités

Notre engagement est de postuler au Réseau des villes santé de l’OMS. Ce sera une manière de symboliser notre détermination à mener une politique volontariste de réduction des inégalités sociales et des impacts, notamment les pollutions, sur la santé des habitants. Cela permettra aussi de bénéficier de l’expérience de villes qui ont mené ces réflexions depuis plusieurs années, voire plusieurs décennies.

Organiser, coordonner, évaluer, veiller

La santé est un sujet transversal et il est d’autant plus indispensable dans une ville de 130 000 habitants de lui donner toute sa place. L’un des moyens pour y parvenir sera de créer un véritable service ou pôle de santé publique et environnement. Ses missions seront partagées autour de deux axes, la promotion de la santé et l’environnement. 

  • L’axe de la promotion de la santé aura en charge les domaines de la prévention des conduites à risques, de la promotion de la santé, incluant la santé mentale, de l’accès aux droits et à la prévention, du handicap, de la nutrition et de l’activité physique ainsi que l’évaluation de l’offre de soin. 
  • L’axe « environnement », quant à lui, mènera des actions préventives des risques sanitaires liées à l’environnement intérieur et extérieur. 

La crise du Covid-19 nous montre combien ces secteurs communiquent et qu’il est important de les coordonner pour travailler ensemble et avec tous les acteurs concernés. 

La mise en lien des divers partenaires du secteur de la santé et du social sera également impulsée par ce service. Par exemple, il participera activement à la mise en place d’un contrat local de santé et d’un conseil local en santé mentale. L’objectif est d’améliorer la cohérence des parcours de santé sur le territoire et aussi de travailler conjointement  autour des situations complexes de certains habitants afin de les accompagner au mieux.

Enfin, pour que la santé soit bien prise en compte dans toutes les politiques municipales, il sera nécessaire de mettre en place un travail de veille et d’évaluation des impacts des décisions sur la santé en relation avec les autres délégations municipales.

Quelques propositions concrètes

Comment favoriser la santé des habitants ? 

Certains facteurs ont semblé évidents à la grande majorité des personnes qui ont répondu à notre sondage : l’activité physique, l’alimentation et la qualité de l’air, de l’eau et des sols. 

Il ne faut pas oublier qu’améliorer les conditions de logement, d’emploi, de formation, de transport, le fait de penser l’urbanisme et le tissu associatif pour favoriser le lien social et les solidarités sont aussi des leviers pour favoriser la santé. Ce sont des actions au long court qui seront à travailler avec le conseil du temps long, une des instances de démocratie participative qui sera mise en place par Réveillons Annecy. Plus généralement, la participation des citoyens à la vie locale est un autre déterminant de la santé globale : l’implication des habitants au sein des instances démocratiques sur les questions de santé sera donc régulièrement favorisée.

Dans cette optique, Réveillons Annecy mettra en place sur l’ensemble de la commune, des actions particulières et régulières pour être au plus près des habitants, leur   permettre de se retrouver, de s’exprimer et de s’impliquer au niveau  de leur  santé.

  • Les « rendez-vous santé » permettront d’aborder des thématiques variées telles que les addictions, le stress, le sommeil, la sexualité, la parentalité, l’alimentation, la qualité de l’air intérieur, les perturbateurs endocriniens, l’activité physique, le harcèlement etc. Ils seront proposés selon des formules variées et adaptées aux caractéristiques des habitants, au sein de chaque commune déléguée. Des actions seront menées dans les établissements scolaires et leurs cantines ainsi que dans les EHPAD. Des évènements particuliers annuels pourront aussi être organisés afin de mettre la santé au cœur des préoccupations des habitants tels un « forum sport, santé et environnement » et un « addictovillage ». 
  • Au moins un parc de jeux par commune déléguée sera doublé d’une aire de fitness en plein air afin que petits et grands puissent se dépenser et se faire plaisir tout en favorisant le lien social et intergénérationnel. 
  • Les allergies touchent de plus en plus d’habitants et les pronostics vont dans le sens d’un accroissement de ces problématiques. Un 'Pollinarium sentinelle' sera développé sur la commune d’Annecy. C’est un espace dans lequel sont réunies les principales espèces de plantes (plantain, armoise, graminées…), arbustes et arbres sauvages (bouleau, cyprès, noisetier…) de la région dont le pollen est allergisant. L'objectif est de les observer quotidiennement afin de détecter le début et la fin d'émission de pollen de chaque espèce et de transmettre ces informations aux personnes allergiques inscrites à l'Alerte pollens. Dès réception de cette information, les personnes allergiques peuvent commencer leur traitement avant l'apparition des premiers symptômes, et l'arrêter dès la fin d'émission de pollen, ce qui permettra de diminuer les impacts de leurs allergies. Ce sera aussi un lieu pédagogique.
  • Parce que les états de crise surviennent souvent la nuit dans les logements ou dans la rue, une maraude sanitaire et sociale sera également mise en place afin d’accompagner ces moments difficiles et de donner aux personnes en souffrance des perspectives pour en sortir au moment où elles expriment leurs difficultés.
  • Il nous paraît indispensable de soutenir le personnel soignant afin qu’il s’installe durablement sur notre territoire. Pour cela, des logements sociaux lui seront réservés et des places de crèche avec horaires décalés et adaptés seront créées.
  • Il sera nécessaire également d’évaluer l’offre de soin locale et d’envisager la création de maisons de santé supplémentaires, voire de centres de santé municipaux pour garantir un accès au soin pour tous.

Retrouvez nos propositions santé sur la carte interactive : 

 https://www.reveillonsannecy.fr/programme/

Pour que Annecy rayonne comme une ville où il fait bon vivre, une conception globale de la santé qui intègre ses dimensions environnementale, psychique et sociale est dès à présent indispensable. C’est ce qui constitue la ligne directrice du programme santé de Réveillons Annecy !

Read more

Covid-19 et urbanisme tactique à Annecy

Urbaniste tactique, Penser l’après : redessiner la mobilité en ville

Penser l’après : redessiner la mobilité en ville

La pause forcée provoquée par le Covid-19 est aussi, paradoxalement, un accélérateur du changement. A la hâte, de nombreux pays du monde, dont la France, ont vu vaciller des certitudes : la gestion des stocks en flux tendus a montré ses dangereuses limites, tout comme la dépendance de l’industrie à la Chine, pour ne citer que deux exemples. Beaucoup ont pris conscience de l’importance des biens communs (la santé, l’agriculture, l’éducation...) et la nécessité des services publics bien financés et efficaces.

Le Covid-19 a aussi redessiné nos villes. Le trafic automobile s’est effondré et les villes ont livré un autre visage : plus apaisées, plus silencieuses, moins polluées. Les sons de la nature sont à nouveau audibles. De nombreuses personnes redécouvrent les joies de la marche ou du vélo, envisagé non plus comme un simple loisir mais comme un véritable moyen de déplacement du quotidien.

Les rues quasi désertes permettent de réfléchir sur la place immense prise par l’automobile dans le paysage urbain contemporain. Il devient un espace ouvert à l’expérimentation. Des villes américaines ainsi que de nombreuses villes européennes ont en effet entamé une réflexion sur de possibles aménagements piétons et cyclables temporaires, en s’inspirant de l’urbanisme tactique, né dans les années 70 aux Etats-Unis.

Pandemic Protected Sidewalk

La France s’est emparée du sujet au plus haut niveau, puisque Pierre Serne, administrateur d'Ile-de-France Mobilités et président du Club des villes et territoires cyclables, s’est vu confier une mission par la ministre des transports Elisabeth Borne: "recenser et appuyer les initiatives des collectivités" en matière de solutions de déplacement à vélo, jugé plus sûr que les transports en communs pour lutter contre la propagation du virus.

Élargir les bandes cyclables ?

Comme le souligne Xavier Cadeau fondateur du webmag Weelz, « il s'agit de mettre en place - à court terme - des modifications de voirie, pour en tirer ensuite des conclusions et donc des solutions - à long terme. » Montpellier a montré la voie. Élargir les bandes cyclables, passer certains axes en 1x1 voie pour garder une voie pour le vélo, réduire le trafic de transit… Les solutions ne manquent pas. Soyons ambitieux et construisons, ensemble, le monde d’après ! N’hésitez pas à nous envoyer vos idées et suggestions.

Vélo et urbanisme tactique

Quelques propositions des cyclistes de notre équipe :

  • Passer en 1x1 voie voiture l'axe Marquisats - Bonlieu + toute l'avenue de France + av. du Rhône direction crêt du Maure
  • Mettre 1 des 2 voies en 100% cycle dans le sens Bertholet > Avenue de Cran (à partir du rond-point Taine)
  • Élargir les voies cyclables dans certaines "grandes lignes droites" pourtant à 30km/h comme la rue Henry Bordeaux.
  • Mettre une bande cyclable avenue de Genève nord sur la partie 2x2 voies sens rond-point du Léman > rond-point Salle des Eaux et Forêts
  • Prendre 1 des 2 voies av. de Genève nord sens/entre rond-point Salle des Eaux et Forêts et rond-point du Léman
  • Mettre une bande cyclable avenue  Henri Zanaroli dans le sens sud > nord
  • Prendre 1 des 2 voies sens nord > sud av. du Rhône (du rond-point de l'avenue de Chambéry aux feux tricolores croisement av. de Loverchy)
  • Mettre une bande cyclable au Boulevard de la Rocade dans les 2 sens, du Total Access jusqu'au Carrefour Contact (croisement feux avec l'avenue du stade)
  • Faire une bande cyclable sur l'avenue de Brogny nord, du croisement avenue de la Plaine avec avenue de Brogny > jusqu'au croisement feux tricolores avec rue Jacqueline Auriol (pour ceux qui veulent ensuite rejoindre Carrefour)
  • Bandes cyclables à partir du feu tricolore de Metz-Tessy jusqu'au début de la piste cyclable qui passe derrière l'hôpital (route des Sarves)
  • Bandes cyclables avenue de Loverchy (il en manque).
Plus d'informations détaillées sur la page Plan vélo ! N'hésitez pas à nous envoyer vos idées et suggestions sur contact@reveillonsannecy.fr ! #Réveillonslemondedapres
Read more

Coronavirus : peut-on voter en toute sécurité ?

Le contexte

Alors que la France est touchée par le Coronavirus, dimanche 15 mars sera le premier tour des élections municipales d'Annecy, peut-on voter en toute sécurité ?

Ces derniers jours, on ne compte plus les événements annulés : festivals, rencontres sportives jouées à huis-clos, etc. Les commerces et le tourisme sont impactés, nos habitudes commencent à être perturbées. 

→ Il est essentiel de ne pas céder à la panique.
→ Il est tout aussi important de ne pas sous-estimer le Coronavirus et d’adopter les bons gestes.

Les faits sur le COVID-19

  • Le taux de mortalité du coronavirus est estimé à 3,4%, selon une déclaration de l'OMS en date du 4 mars 2020 (taux sujet à évolution). Un taux nettement supérieur à celui de la grippe saisonnière, situé en-dessous de 1%.

Bonne nouvelle : dans plus de 80% des cas, la maladie est bénigne, et s'apparente à un gros rhume. Très peu de cas ont été enregistrés chez les moins de 15 ans.

Le risque de contagion

Ce virus est très contagieux : il présenterait une "affinité pour les cellules humaines dix à vingt fois supérieure" à celle du coronavirus responsable de l'épidémie de Sras en 2003.

On ne sait pas si le virus peut muter et devenir plus dangereux. C’est pourquoi l'Organisation mondiale de la santé estime qu’avec cette épidémie, le monde entre "en Terre inconnue."

Le 15 mars : jour des élections municipales

Soyons assurés que les autorités locales mettront tout à disposition pour limiter tout risque de propagation. Parmi les mesures annoncées : « la mise à disposition de gel hydro-alcoolique dans chaque bureau de vote » et le déploiement d'agents d'entretien affectés au « nettoyage et désinfection des locaux (isoloirs, bureaux de vote, poignées de portes etc.) » tout au long de la journée du premier tour.
Les assesseurs auront également à disposition « des lingettes pour nettoyer, désinfecter les stylos, les urnes et le petit matériel présent ». Mais le plus insolite reste l'autorisation de venir avec son propre stylo pour signer le registre d'émargement après avoir voté. N'imaginez pas tout de suite pouvoir signer avec un stylo de couleur rose. Le vote sera validé à condition que le stylo soit de couleur noire.

Si la peur est trop grande, pensez à voter par procuration, ce formulaire est fait pour vous.

Les bons réflexes face au coronavirus

Les mesures prises actuellement relèvent de la prévention et ne sont donc pas excessives. Contenir la propagation du virus est essentiel. C’est l’affaire des autorités mais aussi de chacun.e d’entre nous. Il suffit d’adopter des gestes d’hygiène simples.

En cas de signes d'infection respiratoire dans les 14 jours suivant le retour d'une zone dans laquelle circule le virus, contactez le Samu Centre 15 pour dresser la liste de vos symptômes. Dans un pareil cas, évitez tout contact avec votre entourage, conservez votre masque (sachant que ce dernier a une durée de vie limitée à 3h) et ne vous rendez pas chez votre médecin traitant ou aux urgences pour éviter toute hypothétique contamination.

Liens utiles:

Informations sur le coronavirus :
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Auto-Evaluation proposée en Suisse :
https://coronavirus.unisante.ch/evaluation

Infographie des gestes de bon sens :
http://www.codes18.org/2020/03/coronavirus-pour-se-proteger-et-proteger-les-autres.html

 

Read more