#Annecy2020

Annecy : comment améliorer la santé des habitant·es ?

Santé à Annecy

Quand on vous dit « SANTÉ » à quoi pensez-vous ?

Réveillons Annecy a réalisé un petit sondage auprès de ses sympathisants et colistiers pour connaître ce que le mot “santé” évoquait pour eux. À la question : “quand on vous dit Santé, à quoi pensez-vous?”, les mots les plus cités sont « bien-être », mais aussi des mots appartenant aux champs lexicaux du bonheur et de la vie.

Ainsi, comme on aime à se le rappeler à chaque nouvelle année, la santé est essentielle pour la plupart d’entre nous: elle est perçue comme un élément positif et crucial pour vivre de façon épanouie. La notion de “santé” est globale. Elle va au-delà de l’absence de maladie, comme souligné par les réponses au sondage.

La santé en 2020

La valeur donnée à la santé a évolué au cours de l’histoire. Aujourd’hui, elle est considérée comme primordiale si bien que ces derniers mois, le monde entier a été chamboulé par des questions de santé. La crise sanitaire du COVID-19 a mis en évidence de manière inattendue une forme de consensus mondial autour de l’importance donnée à la santé et à la vie.  Elle a également mis en évidence la relation entre les inégalités sociales et les inégalités de santé. 

En effet, non seulement le confinement n’a pas eu le même impact selon les conditions de logement, la situation familiale, le statut professionnel, l’équipement informatique et le niveau social; mais il a aussi été mis en évidence que nous n’étions pas égaux face au virus lui-même. Selon notre âge mais aussi selon notre catégorie sociale, l’impact des contaminations était d’une gravité variable. Les catégories sociales les plus populaires, souffrent en effet plus souvent d’obésité, de maladies cardio-vasculaires, d’affections métaboliques ou encore d’affections de longue durée comme l’asthme, les infections pulmonaires ou les insuffisances rénales. Autant de facteurs aggravants en cas de contamination qui les rendent aussi plus fragiles face au Covid-19. Elles sont de surcroît plus fortement exposées car plus nombreuses que d’autres à devoir travailler sans pouvoir exercer de télétravail.

Cette crise a donc confirmé l’importance de ce que les spécialistes nommaient déjà auparavant les « déterminants de santé » : la santé est déterminée par plusieurs paramètres, en particulier des facteurs sociaux, économiques  et environnementaux, notamment le logement et l’urbanisme, l’éducation, l’alimentation, l’emploi, l’environnement, le cadre de vie, etc. Elle a aussi démontré que les réponses les plus pertinentes se tissent au niveau local, dans la solidarité́, avec l’ensemble des acteur·rices locaux·ales, en particulier avec les habitant·es.

La santé au cœur des politiques municipales pour Réveillons Annecy

Réveillons Annecy a construit son programme de façon à placer la santé de manière transversale, au cœur des politiques municipales. La crise sanitaire n’a fait que renforcer cette intention de faire d’Annecy une « Ville Santé ».

Si une municipalité a un pouvoir limité pour agir directement sur le secteur de la santé, elle a de nombreuses possibilités de favoriser la santé de ses habitants. Autrement dit, une municipalité ne soigne pas mais peut prendre soin de ses habitants et participer à la création de conditions de vie propices à la santé pour tous et ainsi réduire les inégalités de santé.  

En France, un réseau de villes qui oeuvre dans ce sens existe: c’est le réseau des Villes Santé de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Créé́ en 1990, ce réseau développe et soutient la coopération des collectivités locales visant à créer des politiques favorables à la santé participant de fait à la réduction des inégalités sociales. Les objectifs sont également de produire avec des chercheurs, de nouvelles connaissances adaptées à la décision locale et d’influencer les politiques nationales dans leur soutien. Il regroupe à ce jour 92 villes et intercommunalités

Notre engagement est de postuler au Réseau des villes santé de l’OMS. Ce sera une manière de symboliser notre détermination à mener une politique volontariste de réduction des inégalités sociales et des impacts, notamment les pollutions, sur la santé des habitants. Cela permettra aussi de bénéficier de l’expérience de villes qui ont mené ces réflexions depuis plusieurs années, voire plusieurs décennies.

Organiser, coordonner, évaluer, veiller

La santé est un sujet transversal et il est d’autant plus indispensable dans une ville de 130 000 habitants de lui donner toute sa place. L’un des moyens pour y parvenir sera de créer un véritable service ou pôle de santé publique et environnement. Ses missions seront partagées autour de deux axes, la promotion de la santé et l’environnement. 

  • L’axe de la promotion de la santé aura en charge les domaines de la prévention des conduites à risques, de la promotion de la santé, incluant la santé mentale, de l’accès aux droits et à la prévention, du handicap, de la nutrition et de l’activité physique ainsi que l’évaluation de l’offre de soin. 
  • L’axe « environnement », quant à lui, mènera des actions préventives des risques sanitaires liées à l’environnement intérieur et extérieur. 

La crise du Covid-19 nous montre combien ces secteurs communiquent et qu’il est important de les coordonner pour travailler ensemble et avec tous les acteurs concernés. 

La mise en lien des divers partenaires du secteur de la santé et du social sera également impulsée par ce service. Par exemple, il participera activement à la mise en place d’un contrat local de santé et d’un conseil local en santé mentale. L’objectif est d’améliorer la cohérence des parcours de santé sur le territoire et aussi de travailler conjointement  autour des situations complexes de certains habitants afin de les accompagner au mieux.

Enfin, pour que la santé soit bien prise en compte dans toutes les politiques municipales, il sera nécessaire de mettre en place un travail de veille et d’évaluation des impacts des décisions sur la santé en relation avec les autres délégations municipales.

Quelques propositions concrètes

Comment favoriser la santé des habitants ? 

Certains facteurs ont semblé évidents à la grande majorité des personnes qui ont répondu à notre sondage : l’activité physique, l’alimentation et la qualité de l’air, de l’eau et des sols. 

Il ne faut pas oublier qu’améliorer les conditions de logement, d’emploi, de formation, de transport, le fait de penser l’urbanisme et le tissu associatif pour favoriser le lien social et les solidarités sont aussi des leviers pour favoriser la santé. Ce sont des actions au long court qui seront à travailler avec le conseil du temps long, une des instances de démocratie participative qui sera mise en place par Réveillons Annecy. Plus généralement, la participation des citoyens à la vie locale est un autre déterminant de la santé globale : l’implication des habitants au sein des instances démocratiques sur les questions de santé sera donc régulièrement favorisée.

Dans cette optique, Réveillons Annecy mettra en place sur l’ensemble de la commune, des actions particulières et régulières pour être au plus près des habitants, leur   permettre de se retrouver, de s’exprimer et de s’impliquer au niveau  de leur  santé.

  • Les « rendez-vous santé » permettront d’aborder des thématiques variées telles que les addictions, le stress, le sommeil, la sexualité, la parentalité, l’alimentation, la qualité de l’air intérieur, les perturbateurs endocriniens, l’activité physique, le harcèlement etc. Ils seront proposés selon des formules variées et adaptées aux caractéristiques des habitants, au sein de chaque commune déléguée. Des actions seront menées dans les établissements scolaires et leurs cantines ainsi que dans les EHPAD. Des évènements particuliers annuels pourront aussi être organisés afin de mettre la santé au cœur des préoccupations des habitants tels un « forum sport, santé et environnement » et un « addictovillage ». 
  • Au moins un parc de jeux par commune déléguée sera doublé d’une aire de fitness en plein air afin que petits et grands puissent se dépenser et se faire plaisir tout en favorisant le lien social et intergénérationnel. 
  • Les allergies touchent de plus en plus d’habitants et les pronostics vont dans le sens d’un accroissement de ces problématiques. Un 'Pollinarium sentinelle' sera développé sur la commune d’Annecy. C’est un espace dans lequel sont réunies les principales espèces de plantes (plantain, armoise, graminées…), arbustes et arbres sauvages (bouleau, cyprès, noisetier…) de la région dont le pollen est allergisant. L'objectif est de les observer quotidiennement afin de détecter le début et la fin d'émission de pollen de chaque espèce et de transmettre ces informations aux personnes allergiques inscrites à l'Alerte pollens. Dès réception de cette information, les personnes allergiques peuvent commencer leur traitement avant l'apparition des premiers symptômes, et l'arrêter dès la fin d'émission de pollen, ce qui permettra de diminuer les impacts de leurs allergies. Ce sera aussi un lieu pédagogique.
  • Parce que les états de crise surviennent souvent la nuit dans les logements ou dans la rue, une maraude sanitaire et sociale sera également mise en place afin d’accompagner ces moments difficiles et de donner aux personnes en souffrance des perspectives pour en sortir au moment où elles expriment leurs difficultés.
  • Il nous paraît indispensable de soutenir le personnel soignant afin qu’il s’installe durablement sur notre territoire. Pour cela, des logements sociaux lui seront réservés et des places de crèche avec horaires décalés et adaptés seront créées.
  • Il sera nécessaire également d’évaluer l’offre de soin locale et d’envisager la création de maisons de santé supplémentaires, voire de centres de santé municipaux pour garantir un accès au soin pour tous.

Retrouvez nos propositions santé sur la carte interactive : 

 https://www.reveillonsannecy.fr/programme/

Pour que Annecy rayonne comme une ville où il fait bon vivre, une conception globale de la santé qui intègre ses dimensions environnementale, psychique et sociale est dès à présent indispensable. C’est ce qui constitue la ligne directrice du programme santé de Réveillons Annecy !

Read more

Annecy : faire rayonner la scène culturelle !

culture vivante Annecy

« Pour une culture vivante, populaire, plurielle et audacieuse qui irrigue tous les quartiers d’Annecy. »

Associations & lieux culturels indépendants.

Nous soutiendrons notre riche tissu associatif, clé de voûte de la vie culturelle annécienne, en créant une maison des associations dotée de salles de réunions, d’un espace de co-working et d’un service de mutualisation des compétences où les bénévoles pourront être formés gratuitement.

Nous créerons un incubateur associatif pour soutenir les jeunes associations.

Nous soutiendrons les librairies indépendantes, les salles de cinéma d’art et d’essai et les petits théâtres.

Lieux & événements culturels

Nous soutiendrons nos fleurons culturels (Bonlieu Scène Nationale, Le Brise Glace, FIFA, La Turbine, etc.) tout en favorisant les pratiques amateur par la mise à disposition de lieux dédiés et des aides à la création.

Nous soutiendrons la tenue d’événements culturels innovants, populaires et festifs hors les murs. #CulturePourTous #ArtsDeRue

Nous créerons une charte éco-responsable pour réduire l’impact des événements.

Nous favoriserons la création de lieux hybrides et ouverts (tiers lieux) qui complémenteront le travail essentiel des MJC pour permettre l’éclosion de nouvelles pratiques culturelles et l’épanouissement de toutes les identités culturelles (urbaines, numériques, musicales etc.)

Parcours culturels

Nous nous efforcerons de mettre en réseau les lieux de culture, de les faire dialoguer et échanger sur leurs pratiques pour créer des événements pluridisciplinaires.

Nous créerons un parcours de la biodiversité pour recréer un lien fort à la nature à travers des lieux emblématiques d’Annecy, existants ou à développer, accessibles en mobilité active. #ArcVert #TrameBleue

Nous valoriserons la culture patrimoniale et historique dont le patrimoine industriel de certains quartiers annéciens.

Nous mettrons en valeur, toute l’année les liens forts que nous entretenons avec l’image animée.

Nous n’oublierons pas la culture scientifique (soutien au CCSTI). La ville de Rennes nous donne un bel exemple avec L'Espace des Sciences : ce centre organise régulièrement d'excellentes conférences de vulgarisation scientifique.

Read more

Université catholique à Annecy

Annecy :  une ville étudiante portée par sa jeunesse ?

Le Grand Annecy a pris le parti de financer à hauteur de 1,5 millions d'euros l’installation de l’Université Catholique de Lyon (UCLy) à Annecy. Les délais légaux pour remettre en question cette délibération sont désormais dépassés.
À Réveillons Annecy, nous défendons ardemment l’éducation publique et l’accès gratuit à l’enseignement supérieur. A l’UCLy les frais de scolarité seront compris entre 2500 et 7500 €, selon les revenus.

Être stratégique et cohérent sur les investissements publics

L’implantation de l’UCLy est justifiée pour répondre aux besoins du tissu économique local. Cette démarche s’est faite en complète coopération avec l’Université de Savoie Mont-Blanc.  Mais le risque est important de voir une ville moyenne comme Annecy se voir dépossédée progressivement  d’une offre de formation universitaire large et de qualité, en phase avec la dynamique économique territoriale. L’Université Savoie Mont-Blanc (USMB)

a remonté de nombreuses fois les attentes des entreprises pour des
formations de juristes ou de managers industriels, sans succès. Quel
Maire, quel Président d’agglomération a volé au secours de l’USMB,
pour relayer ces attentes et doter nos établissements de moyens
nécessaires à l’ouverture de nouvelles formations
? Aucun.

L'USMB : un enseignement supérieur à valoriser

L’USMB occupe une place inégalée dans le paysage universitaire français : des laboratoires de recherche reconnus dans le monde entier, une synergie avec le monde économique avec le Club des Entreprises qui sert de modèle dans le monde universitaire français (soutien au développement de la filière Outdoor, au pôle de l’Image, à la mécatronique), des formations de qualité qui se traduisent par un fort taux d’employabilité. Si le Schéma Régional d’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation est désormais de la compétence de la Région, le Grand Annecy se doit de porter une vision de l’enseignement supérieur pour son territoire.

 

Un devoir de laïcité

Annecy doit devenir une véritable ville étudiante et ne peut, pour se faire, se contenter d’une stratégie opportuniste d’accueil de tous les acteurs de la formation. La collectivité doit respecter la loi de 1905 sur la laïcité et ne pas financer des investissements patrimoniaux privés ; sans quoi elle se verrait obligée d’ouvrir cette perspective à d’autres acteurs de formation, quel que soit leur culte.

Une ville étudiante portée par sa jeunesse

Ce que doit porter Annecy c’est une vision de l’enseignement supérieur ouverte à tous les revenus, égalitaire, structurante pour le territoire et attractive tant pour les acteurs socio-économiques que pour les étudiant·es du monde entier. Pour cela, le Grand Annecy doit dessiner un véritable campus avec des services, des transports, des possibilités de logement accessibles. Le Campus d’Annecy-le-Vieux n’est aujourd’hui qu’une succession de bâtiments dédiés à la pédagogie, sans vie, sans lieu de convivialité, sans commerce et avec une offre de transports en commun inadaptée au plus grand nombre. Le Grand Annecy se doit de valoriser l’Enseignement Supérieur Public et coordonner les complémentarités entre les autres acteurs de formation, pour que les formations des uns ne viennent pas cannibaliser les autres et pour que l’USMB ne devienne pas l’Université du pauvre. C’est une véritable logique de coopération et de pilotage qui peut s’instaurer entre tous les acteurs de formation, les collectivités territoriales, les étudiant·es et les acteurs socio-économiques pour qu’Annecy devienne une ville étudiante portée par sa jeunesse. 

Read more

Annecy a besoin d’infrastructures sportives de qualité

Annecy a besoin d’infrastructures sportives :

Annecy est une ville active, une ville de sport. Nichée idéalement entre lac et montagne, dans un environnement exceptionnel qu’il faut protéger, elle fait rayonner les sports nature et compte nombre de champions et de compétiteurs.

Les besoins des clubs et associations sportives

Mais le sport se déploie aussi à l’échelle des clubs et des associations : sports collectifs et individuels, sport loisir et sport santé pour toutes et tous et à tous les âges de la vie. Pour cela Annecy a besoin d’infrastructures en nombre suffisant et en bon état, et d’un soutien fort à tous les passionnés, bénévoles et professionnels qui offrent à chacun la possibilité de s’épanouir physiquement, socialement et mentalement.

Rénovation des équipements vétustes

Toutefois, nous constatons que les équipements sportifs urbains sont insuffisants et parfois vétustes ou inadaptés. C’est pourquoi nous créerons les équipements sportifs manquants et rénoverons les structures inadaptées pour offrir des conditions de pratique optimales. Nous nous baserons sur les recommandations d’un conseil consultatif du mouvement sportif qui aura pour mission de publier l’ensemble des moyens mis à disposition par la ville, de recenser les besoins en matière d’équipements structurants et de vérifier que les besoins sont couverts équitablement dans tous les quartiers de la ville. Ce travail se fera en proche coopération avec toutes les parties prenantes. Enfin, nous mettrons en œuvre une charte d’encadrement écoresponsable pour les grands événements sportifs

carte interactive programme sport Réveillons Annecy

Carte interactive

Retrouvez les lieux clés à rénover ou à améliorer sur notre carte interactive et n’hésitez pas à mentionner ceux que vous voudriez voir améliorés ou créés. Notre mouvement citoyen Réveillons Annecy est participatif alors on compte sur la participation des annécien·es pour identifier les besoins.

Read more

Permis de construire dans le quartier de Loverchy

permis de construire quartier de Loverchy

Les affaires de permis de construire accordés discrètement par le maire sortant pendant le confinement n’en finissent plus. C’est au tour du quartier de Loverchy d’en payer les frais.

Un projet d'immeuble de 9 étages

Il y a quelques jours nous avons reçu le message d’une habitante qui découvrait avec grand étonnement, un panneau de permis de construire à côté de chez elle, devant le bâtiment désaffecté de l’ancien Pôle Emploi. En face du cimetière, au 31 de l’avenue de Loverchy, elle apprend avec stupeur qu’un immeuble gris de 9 étages va bientôt s'immiscer dans le paysage.

panneau de permis de construire Loverchy

Une histoire somme toute classique nous direz-vous : la construction de logements en lieu et place d’un bâtiment laissé à l’abandon et squatté. Mais plusieurs éléments nous ont interpellés dans le témoignage de cette annécienne : nous sommes donc allés vérifier les informations du dossier au service de l’urbanisme.

Le 31 mars 2020, pendant le confinement...

Alors que nous étions abasourdis par la mise en confinement de toute la population à cause de la pandémie de covid-19, alors que nous étions focalisés sur les mesures d’hygiène à respecter pour protéger nos proches, nos voisins, nos aînés... Le 31 mars, Jean-Luc Rigaut (maire sortant) signe une autorisation de permis de construire à Bouygues pour un immeuble de 80 logements. La crise du coronavirus et le report du deuxième tour des élections municipales auraient pu freiner sa course à la bétonisation anarchique de notre ville. Il n’en fut rien.

Rigaut bétonne tout Annecy

Un terrain très instable

Dans le quartier de Loverchy, et plus largement autour du Thiou, le sous-sol a une structure fragile : les remontées d’eau ont déjà mis à mal le chantier d’hôtel devant la Banque de France ou encore celui d’Halpades devant Intermarché. L’étude géotechnique réalisée par IMOGEO confirme que « l’infiltration d’eaux pluviales est impossible car les terrains sont limoneux argileux ».

On peut alors aisément comprendre la crainte des habitant·es du périmètre. Pour ce chantier il est prévu de creuser deux niveaux de sous-sols, il y aurait donc un risque d'inondation par remontée de nappe sur les terrains adjacents.

L'amour du gris et des embouteillages

Quoi de mieux pour embellir un quartier et décarboner la ville que de raser 20 arbres âgés de 40 ans, y bâtir un socle gris et augmenter la circulation routière ? Le promoteur immobilier prévoit un « enduit gris moyen » sur les façades. Même le cimetière d'en face fait mieux en matière de fleurissement et couleurs. Quant aux 56 places de stationnement du projet immobilier, il est à prévoir qu'elles ne seront pas suffisantes dans ce quartier déjà saturé par les voitures garées pour rejoindre le centre-ville.

gris-immeuble-annecy

Des lettres de recours gracieux

Les habitants du quartier, indignés par la construction de cet immeuble en conviennent : il y a besoin de logements, notamment des logements sociaux pour faire face au coût de la vie prohibitif sur notre territoire. Mais la manière de procéder n’est pas acceptable. Ils regrettent l’absence de concertation. Pourquoi n’ont-il pas leur mot à dire lorsque le style urbanistique imposé ne correspond pas du tout à celui de leur avenue ? Ils ont donc décidé de se rassembler et d'envoyer au maire sortant plusieurs lettres de recours gracieux.

Les propositions de Réveillons Annecy

On ne construit pas la ville du futur avec une juxtaposition de projets individuels au gré des opportunités foncières. Arrêtons le laisser faire et co-construisons un urbanisme apaisé ! Nous développerons une action d'aménagement globale, volontariste et interventionniste en mettant un terme au laisser faire courtermiste. Nous conduirons des examens ciblés sur les secteurs soumis à pression, en instaurant le cas échéant des périmètres d'étude qui pourront geler certains projets en cours pour les mettre en conformité avec notre vision. 👪 Pour dessiner une ville cohérente et agréable à vivre tout en sauvegardant l'identité architecturale de notre ville, nous impliquerons les habitants dans les décisions sur le devenir de leur quartiers. 🏘️ La densification de certaines parties de la ville sera conditionnée à des solutions de mobilité, à la mise en place de services de proximité et à la sauvegarde ou la création d’espaces publics végétalisépropices à la respiration, qui seront un facteur de création de liant social, pour une ville aérée. 🌳 Nous préserverons les arbres remarquables. Nous permettrons la mixité des usages des bâtiments (commerces / logements / bureaux) et nous surélèveront les bâtiments existants quand c'est pertinent.
Read more

L’alliance choc, nécessaire pour réveiller Annecy !

Convergence, fusion liste Annecy 2020

Le succès d'une convergence vers notre programme

Après une première convergence entre l'Assemblée Annécienne et Réveillons Annecy; l’appel à la convergence pour un renouveau démocratique, une transition écologique et une réelle justice sociale, lancé au lendemain du premier tour des élections, a porté ses fruits : Réveillons Annecy et Annecy Respire unissent leurs compétences pour répondre au véritable besoin de changement exprimé le 15 mars dernier par les annécien·es.

Une alliance votée démocratiquement

Cette alliance a été votée démocratiquement par les colistiers de Frédérique Lardet (qui se sont exprimés à 60% en sa faveur) et les membres du parlement de Réveillons Annecy ! (Le Parlement de Réveillons Annecy a utilisé la méthode du jugement majoritaire, déjà utilisée pour désigner notre tête de liste, François ASTORG. 86% des votants ont jugé l’alliance « Excellente, Très bien ou Bien. »)

Une fusion autour d'une vision commune

Cette fusion s’est faite sur la base d’un récit commun : celui qui porte notre vision du territoire depuis le début de notre campagne. ➡️ Ce récit est maintenant partagé par les membres d'Annecy Respire qui nous rejoignent aujourd’hui. 

Ce récit nous rassemble autour de valeurs communes qui reposent sur la protection du vivant, la justice sociale, la solidarité, la coopération et le mieux vivre ensemble. Il entend faire d’Annecy une ville référence de la transition écologique, sociale et démocratique au niveau européen.

Alliance ASTORG - LARDET - Réveillons ANNECY

Une fusion loin des clivages partisans

Notre liste citoyenne s’ouvre à une plus grande diversité d’opinions politiques et gagne en légitimité puisqu’elle tend vers une représentativité équilibrée des annécien·es. Cette fusion enrichit notre fonctionnement démocratique.
➡️ Important à souligner, il ne s’agit pas d’un mariage avec La République En Marche, nous vous rappelons que seul le maire sortant (Jean-Luc Rigaut) est investi par LREM dans cette campagne municipale. Frédérique LARDET, quant à elle, avait quitté ce parti au début de l’année.

Une fusion nécessaire pour être en position d'agir

Ce serait gaspiller les voix des électeurs qui nous soutiennent si l'on perdait ces élections. En effet, tout le monde sait qu'une place dans l'opposition à la mairie sous le contrôle de Jean-Luc Rigaut, ne permet pas d'être entendu. ➡️ Nous ne souhaitons pas perdre encore 6 années avant de pouvoir agir pour le bien commun des annécien·es.

Une même ligne directrice

Nous nous tenons prêts à tourner la page de 25 ans d’immobilisme, d’absence de concertation et d’innovation sociale, voici quelques exemples concrêts de notre futur plan d'action :

👉 A
bolir la construction du tunnel sous le Semnoz en rompant la convention sur les infrastructures routières qui nous lie au département.

👉 Basculer les investissement préalablement consacrés aux routes pour les destiner aux transports en commun et aux mobilités douces.

👉 Renégocier les projets en cours avec les entreprises titulaires (parking du centre-ville, halle gourmande du Haras, piscine des Marquisats, etc.) pour qu’ils répondent aux besoins des habitants.

👉 Impliquer les citoyens et les parties prenantes concernées dès la conception d’un projet structurant.

👉 Répondre avec conviction et vision à l’urgence climatique en mobilisant l’intelligence collective.

👉 Évaluer la qualité des politiques publiques, non seulement à l’aune des économies et des équilibres budgétaires, mais aussi dans une perspective de bonheur local brut, de qualité de vie objectivée, d’inclusion sociale pour toutes et tous, quelles que soient leurs origines, leur âge, leur religion, leur genre, leur préférences sexuelles…

👉 Maintenir les maires délégué.es dans chaque commune pour conserver le lien de proximité avec les habitants

👉 Développer une économie qui mise sur ses ressources locales pour recréer des filières utiles au territoire (alimentation, filière bois construction, rénovation énergétique, production d’énergie locale, économie circulaire) et qui a réussi à faire évoluer ses offres (écoconception, nouveaux modèles économiques), ses process et ses bâtiments (rénovation thermique, bâtiments à énergie positive, accompagnement au management environnemental).

📑 Composition de notre liste

En VERT, les personnes issues de Réveillons Annecy et en BLEU, celles provenant d'Annecy RESPIRE. (Afin de garantir la création d'une liste aux valeurs humanistes, Alain Bexon et Emmanuel Jules ont été écartés.) 

1 - François ASTORG
2 - Frédérique LARDET
3 - Benjamin MARIAS
4 - Nora SEGAUD-LABIDI
5 - Aurélien MODURIER
6 - Chantale FARMER
7 - Guillaume TATU
8 - Sandrine DALL’AGLIO
9 - Pierre-Louis MASSEIN
10 - Bénédicte SERRATE
11 - Jean-Louis TOE
12 - Karine BUI-XUAN PICCHEDDA
13 - Fabien GERY
14 - Odile CERIATI-MAURIS
15 - Samuel DIXNEUF
16 - Marion LAFARIE
17 - Patrick LECONTE
18 - Marie BERTRAND
19 - Pierre GEAY
20 - Elizabeth BATTAREL
21 - Christian PETIT
22 - Charlotte JULIEN
23 - Olivier BARRY
24 - Aurélie GUEDRON
25 - Alexandre MULATIER-GACHET
26 - Magali MUGNIER
27 - Éric PEUGNIEZ
28 - Fabienne GREBERT
29 - Christian BOVIER
30 - Viviane MARLE
31 - Étienne ANDREYS
32 - Cécile BOLY
33 - Yannis SAUTY
34 - Alexandra BEAUJARD
35 - Xavier OSTERNAUD
36 - Lola CECCHINEL
37 - Jean-François DEGENNE
38 - Élodie AVET LE VEUF
39 - Guillaume COHEN
40 - Sophie GARCIA
41 - Nicolas KRIVOBOK
42 - Evelyne BOUVERAT
43 - Thierry DELEAN
44 - Catherine ALLARD
45 - Abdelrahim ALI YAGOUB
46 - Sophie LEPAGE
47 - Xavier DUMONT
48 - Christelle MERMILLOD-BLARDET
49 - Gaël DESMOUCELLES
50 - Chloé RIVIERE
51 - Jean-Luc THOME
52 - Catherine PESSEY-MAGNIFIQUE
53 - Alexandre BURNIER
54 - Annie DUFOUR
55 - François DESCHAMPS
56 - Myriam DELL
57 - Samy BOUZIRI
58 - Mireille GUMEZ
59 - Marc GARCIN
60 - Alvine BISSERY
61 - Giuseppe LUCANO
62 - Véronique RIOTTON
63 - Arnaud GALLAND
64 - Sophie CELESTIN
65 - Arthur BAYLE
66 - Annette PERRIER
67 - Denis LAYDEVANT
68 - Gaëlle ARRAGAIN-RICHARD
69 - Jean BOUTRY

Read more

Pour une convergence démocratique, écologique et sociale !

Annecy le 15 mars 2020 – 00h

Lettre ouverte pour une convergence démocratique, écologique et sociale !

A l’issue du premier tour des élections municipales, les habitant.es d’Annecy se sont très clairement prononcés pour un véritable changement, qui est aujourd’hui possible. Les résultats de Réveillons Annecy sont un sérieux revers pour Jean-Luc Rigaut, dont le bilan est profondément décevant pour nos concitoyen·nes. C’est pourquoi, Réveillons Annecy appelle à une convergence pour un renouveau démocratique, une transition écologique et une réelle justice sociale. Cet appel s’adresse à tous les électeurs et électrices qui sont susceptibles de se reconnaître dans notre récit pour l’avenir d’Annecy.

Réveillons Annecy : Pour une convergence démocratique, écologique et sociale !

Un nouveau récit pour Annecy :

Sur la base du récit joint, de cette projection dans l'avenir, nous invitons les électrices et électeurs qui se retrouvent dans ses orientations à nous rejoindre dès maintenant :

Le 16 juillet, le nouveau conseil municipal et le conseil communautaire sont installés. Une nouvelle majorité s’est dessinée, issue de la fusion des listes Réveillons Annecy et Annecy Respire. Ces deux listes se sont retrouvées autour du projet et de valeurs communes qui reposent sur le respect de l’environnement, la justice sociale, la solidarité, la coopération et le mieux vivre ensemble.

Ces fondements sont d’autant plus importants que la crise sanitaire et la crise économique n’ont fait que renforcer les inégalités sur notre territoire et fragiliser les plus précaires. RA et AR sont conscientes des différences exacerbées entre ceux qui aspirent à une reprise économique forte quelles qu’en soient les conséquences sur le climat et l’environnement, et ceux qui aspirent à relocaliser notre économie pour qu’elle réponde aux besoins essentiels de la population (se nourrir avec une alimentation de qualité, se soigner, renforcer les liens sociaux, se loger, se déplacer le plus efficacement possible, …). RA et AR aspirent à fédérer avec un projet de territoire qui profite à tous ses habitants, qui restaure les écosystèmes et permettent aux acteurs économiques de pérenniser leurs activités économiques et de répondre aux besoins des filières historiques du territoire (le tourisme, l’image, l’outdoor, la mécatronique, …).

La baisse des recettes fiscales pour les collectivités, consécutives à la crise sanitaire et économique, nécessite de réorienter les investissements et d’en mesurer les impacts sur l’économie locale et l’accès aux services publics (notamment sur les déplacements et l’accès au logement). Le(la) nouveau(velle) président.e du Grand Annecy a fait savoir au président du Conseil Départemental sa volonté de rompre la convention sur les infrastructures routières, notamment la construction du Tunnel sous le Semnoz. Un moratoire est lancé sur les routes et le(la) nouveau.elle vice-président.e aux transports a donné mandat aux services d’accélérer les études pour la création d’un tramway, dont la 1ère ligne devra être terminée à l’issue du mandat. La nouvelle équipe au sein du Grand Annecy est convaincue de la nécessité d’inverser la répartition des investissements. Les 80% d’investissements préalablement consacrés aux routes seront désormais destinés aux transports en commun et aux mobilités douces.

En mairie, les premières commissions se lancent et l’ensemble des élus de la majorité et de l’opposition acceptent de se former à l’urgence climatique et à l’intelligence collective. Certains doutent encore de la gravité extrême du dérèglement climatique. Il faut pourtant bien porter une vision commune, prendre les mesures pour protéger les plus démunis, faire évoluer les offres de nos entreprises et investir pour une société post-carbone. Pour cela, tous les élus ont pour mission de construire les politiques publiques avec les populations. Les élections nous donnent la légitimité pour porter le projet d’être la ville avec l’air le plus pur d’Europe. La crise sanitaire ne peut que nous inviter à porter haut et fort cette ambition (réduction des pollutions pendant la crise, taux de mortalité des malades du COVID chez les sujets victimes de multi-affections respiratoires, cardiaques ou vasculaires aggravées par la pollution de l’air, vieillissement de la population). C’est un défi aussi important que celui qu’avait réussi à relever Charles Bosson dans les années 70 pour avoir le lac le plus pur d’Europe.

Pour cela nous aurons besoin de faire adhérer l’ensemble des acteurs concernés, les services de la ville et du Grand Annecy, les habitants, les chefs d’entreprise, commerçants, artisans, enseignants, corps constitués, services de l’Etat, représentants syndicaux et organisations professionnelles, … C’est une des clés de la réussite. Ça ne se fera pas en un jour et notre action s’inscrit dans le temps long ; mais tout le monde en interne, dans nos administrations et sur le territoire, sentent que les choses sont en train de changer et que nous sommes déterminés.


Avant de partir, l’ancienne municipalité a eu le bon goût de ficeler tous les engagements quelles qu’en soient les conséquences financières :

  • Une halle gourmande avec une délégation de service public de vingt ans, alors que le dernier lieu populaire (Crescendo) pour manger un plat du jour à prix modéré en centre-ville a fermé quelques mois plutôt
  • Une piscine des Marquisats qui n’est même pas dimensionnée pour toutes les compétitions sportives
  • Un parking à la Préfecture à 36 M€ qui va ramener des milliers de voitures en ville.


Ces projets sont déjà bien engagés mais des négociations doivent être organisées avec les entreprises titulaires, pour que ces projets répondent réellement à la population. C’est d’autant plus important que la réduction des recettes fiscales et les incertitudes sur l’évolution de nos modes de consommation remettent en question le retour sur investissement de ces équipements. Des élus référents ont été nommés avec des référents dans les services pour concerter les publics cibles et identifier les scénarios d’évolution possibles, compte-tenu des contraintes financières et juridiques. Le Conseil Citoyen est chargé de se prononcer sur ces sujets d’ici la fin de l’été et le Conseil Municipal tranchera.

Ces premiers mois de mandat traduisent une autre manière de faire de la politique :

  • Ne plus laisser le maire ou le président du Grand Annecy décider seul ou à deux ou trois, et impliquer les citoyens et parties prenantes concernées, dès la conception d’un projet
  • Construire les décisions de manière collégiale et partager la responsabilité quant à la mise en œuvre et le fonctionnement futur
  • Evaluer la qualité des politiques publiques, non seulement à l’aune des économies et des équilibres budgétaires, mais aussi dans une perspective de bonheur local brut, de qualité de vie objectivée, d’inclusion sociale et de toutes les minorités, quelles que soient leur origine, leur âge, leur religion, leur genre, leurs préférences sexuelles, …

Les bases sont désormais solides pour déployer le projet qui fera d’Annecy un sémaphore de la transition écologique, sociale et démocratique, au plan national et international :

  • Des instances de démocratie participative, des maisons de la citoyenneté dans chaque mairie déléguée, un service dédié pour former et accompagner les habitants, les élus, les services. Le maintien des maires délégué.es dans chaque commune permet de conserver le lien de proximité avec les habitants et de célébrer les mariages ailleurs que dans la mairie centrale.
  • Une ville de 130 000 habitants multipolaire où 12 centralités se renforcent avec des commerces de proximité, des services de santé, d’éducation, des lieux culturels et sportifs. Les besoins de mobilité sont moins importants et les gains de pouvoir d’achat des habitants, les coûts des infrastructures et de maintenance évitée ont été réinvestis dans les politiques sociales (crèches, lieux de création artistiques, tiers lieux, tarification sociale de l’eau …) ; elles nourrissent le lien social et revigorent les quartiers délaissés. L’accès à des services publics de qualité est un des marqueurs de la qualité de vie, quels que soient les revenus des habitants.
  • Une maîtrise du foncier acquise grâce à la révision des PLUIHD et du SCOT ; l’augmentation de la population n’est pas une fatalité. Place à la préservation de notre foncier agricole pour produire, transformer et distribuer une alimentation locale.
  • Une ville qui intègre la santé au cœur des politiques publiques et qui anticipe le vieillissement d’une partie de la population et les besoins d’emplois et d’infrastructures au service des anciens.
  • Une économie qui a misé sur ses ressources locales pour recréer des filières utiles au territoire (alimentation, filière bois construction, rénovation énergétique, production d’énergie locale, économie circulaire) et qui a réussi à faire évoluer ses offres (écoconception, nouveaux modèles économiques), ses process et ses bâtiments (rénovation thermique, bâtiments à énergie positive, accompagnement au management environnemental). La rénovation des bâtiments publics doit être valeur d’exemple et de confort pour les usagers : deux écoles seront rénovées chaque année et verront leur cours d’école « débitumée »
  • Des offres touristiques diversifiées qui tiennent compte de la baisse inexorable de l’enneigement et disponibles à l’année pour permettre d’ancrer des emplois pérennes dans les territoires de montagne (Bauges, Aravis, …) et au bord du lac
  • Une révolution dans l’accession au logement où deux tiers des programmes sont dirigés vers des logements à loyer modéré et de l’accession sociale, pour recruter et fidéliser les collaborateur.trices dont a besoin le territoire : emplois médicaux, soins à la personne, tourisme, emplois industriels et administratifs, …
  • Une offre de mobilité qui permet à Annecy de rattraper son retard en matière de transports en commun, de devenir une des villes les plus cyclables de France et d’innover sans les services de mobilité (covoiturage de proximité, amélioration des services d’autopartage, parkings partagés, …).
  • Et enfin une société publique locale pour maîtriser les besoins d’énergie des habitants, les engager dans une démarche de sobriété et conduire dans la durée les investissements nécessaires à la transition.

François ASTORG & L'équipe de Réveillons Annecy !

Read more

Nuisances sonores à Annecy : vers une réduction du bruit ?

Pollution sonore urbaine

Les habitants d'Annecy subissent à nouveau les nuisances sonores de la ville

S’éveiller au chant des oiseaux ? Un privilège rare, réservé aux dimanches ou aux jours fériés... pour les lève-tôt !

Miracle du confinement : la grâce particulière volée aux instants matinaux, si rare dans nos environnements urbains, devenait soudain quotidienne, avec l’arrêt presque complet des déplacements motorisés. Une grande partie de la population urbaine redécouvrait le silence.

Une occasion en or de faire le point sur le bruit dans nos villes :

→ son impact sur la santé
→ son lien à l’aménagement du territoire et à l’urbanisme
→ son rapport à la mobilité et aux inégalités sociales.

échelle du bruit

De quoi parle-t-on ?

54 % des Français (enquête TNS – SOFRES de mai 2010 « les Français et les nuisances sonores » - Ministère du développement durable), affirment que le bruit des transports est la principale source de nuisance loin devant les « bruits de comportements » qui gêneraient 21 % de la population. Par ailleurs, 86% des Français se déclarent gênés par le bruit à leur domicile.

Pourquoi est-ce important ?

Le bruit a un impact direct sur la santé.
Il doit être pris en compte dans les projets d’urbanisme et les politiques de santé publique car il peut affecter gravement l’état de santé des populations exposées.
Il peut être à l’origine de troubles du sommeil et de réactions de stress conduisant à des pathologies parfois graves, tant somatiques que psychiques. Des retards d’apprentissage ont été signalés chez les enfants exposés au bruit.
Selon une étude anglaise (London’s Health Commission 2003), le bruit génère un état d’irritation latent qui a un impact fort sur le sentiment de bien-être. Ainsi, la pollution sonore est citée au même titre que la pollution de l’air, de l’eau ou des sols.

Quelles solutions ?

Bien sûr, une ville entièrement silencieuse n’est pas désirable non plus.
La même étude note que certains bruits urbains sont perçus de manière positive alors d’autres sont irritants. (« Some sounds can be positive and iconic and define the character of a city whereas some can lead to annoyance and complaints. »).

Une ville vivante générera nécessairement du bruit

Une approche équilibrée consiste à cartographier les niveaux sonores par quartiers (en s’appuyant sur des études acoustiques), à mettre en place des mesures rapides pour remédier aux situations existantes en se basant notamment sur le retour des habitants, à placer le curseur sur les niveaux sonores acceptables et classifier les types de bruit. Préserver les « zones de silence existantes », en créer de nouvelles, par exemple en donnant plus de place à la nature en ville.

Une attention particulière devra être apportée aux lieux sensibles (écoles,crèches, résidences pour personnes âgées, lieux de soin), aux quartiers où l’habitat est dense et les immeubles moins isolés, aux zones à proximité des grands axes de circulation (notamment les entrées de ville), de bâtiments industriels, ou d’établissements recevant du public.

Il y a donc une action double : celle améliorant les problèmes existants et celle anticipant les problèmes futurs.

L’aménagement du territoire et une véritable réflexion urbanistique seront nécessaires. En matière de construction, il faudra veiller à la conception et à l’emplacement des futurs bâtiments tout en rénovant l’existant.

Le développement des mobilités douces contribuera à la réduction du bruit, ainsi qu’une vigilance particulière sur les vitesses des véhicules motorisés.

Quelques pistes :
→ Donner plus de place aux cheminements doux en réduisant la largeur des routes, car plus une voie est large plus les conducteurs ont tendance à aller vite,
→ Créer des « ondes vertes » pour les feux lorsque les voitures respectent la limite de vitesse
→ Utiliser des radars sonores pédagogiques en amont des grandes artères
→ Promouvoir les livraisons à vélo ou en voiturette électrique

Nos engagements

Comme annoncé dans notre programme, Réveillons Annecy ! souhaite intégrer le programme des Villes-Santé, piloté par l’OMS, et créer un Service santé à la Mairie.
Nous nous engageons à suivre, à mesurer et à rendre publics les impacts de notre politique d’aménagement.
Nous désirons enfin apaiser la ville, y compris la nuit, au moyen d’un « conseil de la vie nocturne » pour améliorer la cohabitation des habitants.

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/bruit-et-nuisances-sonores
https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/activites-humaines/article/prevention-des-risques-lies-au-bruit
http://www.villes-sante.com/
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/plu06.pdf

Read more

Covid-19 et urbanisme tactique à Annecy

Urbaniste tactique, Penser l’après : redessiner la mobilité en ville

Penser l’après : redessiner la mobilité en ville

La pause forcée provoquée par le Covid-19 est aussi, paradoxalement, un accélérateur du changement. A la hâte, de nombreux pays du monde, dont la France, ont vu vaciller des certitudes : la gestion des stocks en flux tendus a montré ses dangereuses limites, tout comme la dépendance de l’industrie à la Chine, pour ne citer que deux exemples. Beaucoup ont pris conscience de l’importance des biens communs (la santé, l’agriculture, l’éducation...) et la nécessité des services publics bien financés et efficaces.

Le Covid-19 a aussi redessiné nos villes. Le trafic automobile s’est effondré et les villes ont livré un autre visage : plus apaisées, plus silencieuses, moins polluées. Les sons de la nature sont à nouveau audibles. De nombreuses personnes redécouvrent les joies de la marche ou du vélo, envisagé non plus comme un simple loisir mais comme un véritable moyen de déplacement du quotidien.

Les rues quasi désertes permettent de réfléchir sur la place immense prise par l’automobile dans le paysage urbain contemporain. Il devient un espace ouvert à l’expérimentation. Des villes américaines ainsi que de nombreuses villes européennes ont en effet entamé une réflexion sur de possibles aménagements piétons et cyclables temporaires, en s’inspirant de l’urbanisme tactique, né dans les années 70 aux Etats-Unis.

Pandemic Protected Sidewalk

La France s’est emparée du sujet au plus haut niveau, puisque Pierre Serne, administrateur d'Ile-de-France Mobilités et président du Club des villes et territoires cyclables, s’est vu confier une mission par la ministre des transports Elisabeth Borne: "recenser et appuyer les initiatives des collectivités" en matière de solutions de déplacement à vélo, jugé plus sûr que les transports en communs pour lutter contre la propagation du virus.

Élargir les bandes cyclables ?

Comme le souligne Xavier Cadeau fondateur du webmag Weelz, « il s'agit de mettre en place - à court terme - des modifications de voirie, pour en tirer ensuite des conclusions et donc des solutions - à long terme. » Montpellier a montré la voie. Élargir les bandes cyclables, passer certains axes en 1x1 voie pour garder une voie pour le vélo, réduire le trafic de transit… Les solutions ne manquent pas. Soyons ambitieux et construisons, ensemble, le monde d’après ! N’hésitez pas à nous envoyer vos idées et suggestions.

Vélo et urbanisme tactique

Quelques propositions des cyclistes de notre équipe :

  • Passer en 1x1 voie voiture l'axe Marquisats - Bonlieu + toute l'avenue de France + av. du Rhône direction crêt du Maure
  • Mettre 1 des 2 voies en 100% cycle dans le sens Bertholet > Avenue de Cran (à partir du rond-point Taine)
  • Élargir les voies cyclables dans certaines "grandes lignes droites" pourtant à 30km/h comme la rue Henry Bordeaux.
  • Mettre une bande cyclable avenue de Genève nord sur la partie 2x2 voies sens rond-point du Léman > rond-point Salle des Eaux et Forêts
  • Prendre 1 des 2 voies av. de Genève nord sens/entre rond-point Salle des Eaux et Forêts et rond-point du Léman
  • Mettre une bande cyclable avenue  Henri Zanaroli dans le sens sud > nord
  • Prendre 1 des 2 voies sens nord > sud av. du Rhône (du rond-point de l'avenue de Chambéry aux feux tricolores croisement av. de Loverchy)
  • Mettre une bande cyclable au Boulevard de la Rocade dans les 2 sens, du Total Access jusqu'au Carrefour Contact (croisement feux avec l'avenue du stade)
  • Faire une bande cyclable sur l'avenue de Brogny nord, du croisement avenue de la Plaine avec avenue de Brogny > jusqu'au croisement feux tricolores avec rue Jacqueline Auriol (pour ceux qui veulent ensuite rejoindre Carrefour)
  • Bandes cyclables à partir du feu tricolore de Metz-Tessy jusqu'au début de la piste cyclable qui passe derrière l'hôpital (route des Sarves)
  • Bandes cyclables avenue de Loverchy (il en manque).
Plus d'informations détaillées sur la page Plan vélo ! N'hésitez pas à nous envoyer vos idées et suggestions sur contact@reveillonsannecy.fr ! #Réveillonslemondedapres
Read more

Interview de François suite à l’appel à la convergence

Vous avez été nombreux à vous interroger suite au premier tour des élections municiaples sur les possibilités de rapprochement de Réveillons Annecy avec d’autres listes. En effet, nous avions lancé un appel à convergence dès les résultats connus. François répond à vos interrogations dans cette interview !

François peux-tu nous dire où nous en sommes des accords de listes suite à l’appel à convergence au soir du premier tour des élections municipales ?

Vous savez le soir du premier tour, nous avons été agréablement surpris de nous retrouver à 150 voix du maire sortant.
Ce résultat a matérialisé la confiance que nous accordent les Annéciens ainsi qu’une volonté forte d’un changement de gouvernance: les Annéciens sont prêts à accompagner ce changement.

Au second tour des élections se pose la question de la représentativité de l’ensemble des citoyens. C’est comme ça que sont faites nos institutions. En effet, les listes Les Annéciens, Respire et Réveillons Annecy totalisent un score de près de 60% des votes exprimés en faveur d’une alternative au maire sortant. Il était donc de notre responsabilité de faire un appel à la convergence auprès de ces deux autres listes qualifiées pour réfléchir au second tour.

D’autant que les crises écologiques et sanitaires auxquelles nous sommes confrontés nécessitent de réfléchir ensemble à la façon de faire adhérer le plus grand nombre de citoyens sur la manière d’affronter les défis majeurs qui nous attendent.

Suite à cet appel, seule la liste Annecy Respire nous a répondu de manière favorable, la liste Les Annéciens ayant décliné l’offre de manière ferme et définitive.
Nous avons donc échangé avec la liste Annecy Respire pour envisager un éventuel accord pour le deuxième tour sur la base du programme de Réveillons Annecy et le respect fondamental des trois piliers portés pendant des mois par notre liste citoyenne: virage écologique, renouveau démocratique et justice sociale.

À ce jour, est-ce qu’un accord a été scellé ?

Aujourd’hui tout est interrompu. Nous avons suspendu les échanges dès les premières annonces de confinement du gouvernement. Même si les délais de dépôt de liste étaient très courts, il nous a semblé primordial d’interrompre les échanges dans ce contexte si particulier qui doit privilégier la santé des populations.

Et ensuite ?

Aujourd’hui seul le décret du gouvernement (2020-267 du 17 mars) annonce une possibilité de report du second tour des élections municipales au mois de juin. Cette hypothèse semble s’éloigner de plus en plus au regard des nouveaux délais de confinement annoncés par le Président de la République le 13 avril dernier.

Il est donc possible que ce report se décale à l’automne voire en mars 2021, nous obligeant à refaire les deux tours des élections municipales dans les communes où les candidats n’ont pas été élus au soir du 15 mars.

Dans la perspective de reprise des deux tours la question des accords ne se pose plus, Réveillons Annecy repartira en son nom, avec toute l’énergie qui a fait la force de son mouvement citoyen et de sa réussite depuis des mois.

À ce jour, les membres des groupes de travail de Réveillons Annecy se sont remis au travail pour réfléchir et enrichir le programme au regard de la situation que nous vivons. Cette crise nous montre néanmoins que la ligne programmatique défendue par Réveillons Annecy est la plus adaptée pour éveiller le monde d’après.

Cette crise nous montre néanmoins que la ligne programmatique défendue par Réveillons Annecy est la plus adaptée pour éveiller le monde d’après.

Read more