rubrique DÉSINTOX

Cette rubrique DÉSINTOX est une FAQ pour répondre aux questions au sujet du programme, mais aussi pour éclairer notre positionnement sur les bruits qui courent et autres fake news.

Des faits et rien que des faits, car nous nous sommes engagés dans une campagne propre et concrète, pour que les habitant•es puissent avoir l’ensemble des informations sans détournement.

Après plusieurs relectures attentives, nous ne voyons pas dans notre programme ce qui a pu faire croire à de telles intentions de notre part, d’autant plus que la tranquillité des citoyens et la sécurité en ville sont l’une de nos priorités.

Réexaminons ensemble nos propositions relatives aux pouvoirs de police du Maire :

Nous constatons qu’Annecy n’échappe pas à la délinquance notamment en ce qui concerne le trafic de stupéfiants, les violences intrafamiliales, les troubles de voisinage, etc. Mais ce sont surtout les actes d’incivilités qui explosent, exaspérant les habitants à toute heure du jour et de la nuit. C’est en mutualisant les moyens de l’État et de la commune, avec l’implication des habitants, que nous pourrons combattre ces incivilités.

Tout d’abord, nous renforcerons la coordination ville/justice afin de faire des rappels à l’ordre ou à la loi systématiques et obtenir des mesures de travail d’intérêt général au profit de la collectivité ou des associations.

Ensuite, privilégier la prévention au détriment de la répression ou l’inverse nous paraît voué à l’échec. C’est pourquoi, il nous semble indispensable de décloisonner ces deux champs qui sont complémentaires. Nous pensons que pour atteindre cet objectif, il est impératif d’augmenter les effectifs des éducateurs spécialisés, des médiateurs de rue et surtout de notre police municipale (sans la désarmer !) en fidélisant ses agents pour éviter le turnover actuel. Nous souhaitons également privilégier l’îlotage (pédestre, à VTT, etc.) pour créer un lien de proximité avec la population.

Enfin, parallèlement à cela, les caméras de vidéo-protection seront maintenues et continueront d’être déployées sur les centralités et aux entrées de la commune, tout comme les caméras nomades, afin de faciliter le travail de tous les agents de terrain (médiateurs, policiers municipaux, mais aussi agents de la propreté urbaine, voirie, etc…) et les services de secours (pompiers, SAMU, police nationale, gendarmerie nationale).

Bref, avec ce réexamen rapide de nos propositions, nous ne voyons décidément toujours pas comment notre programme pourrait aboutir au désarmement de la police municipale et au démantèlement des caméras de vidéo-protection, à moins que cette rumeur soit motivée par une arrière-pensée politique…

Deux membres du Parti Communiste annécien figuraient dans notre liste du premier tour. Leur présence était motivée par l’adhésion à notre programme pour les habitants d’Annecy et son socle démocratique, social et écologique. Leur étiquette n’était pas mise en avant puisque notre liste est citoyenne et participative. Elle est composée en grande majorité de citoyens non encartés dans des partis politiques.

Lors du rapprochement avec la liste Annecy Respire, ces deux personnes ont décidé de quitter la liste car, pour les citer, “cette alliance contre nature remet en cause le projet de Réveillons Annecy.”
Nous ne partageons pas cette inquiétude: cette alliance de projet et de principes ose au contraire renouveler les pratiques politiques et entend représenter au mieux les sensibilités de l’électorat annécien. Elle cherche à restaurer des relations de confiance entre élus et citoyens et à porter une vision pour le territoire sur le long terme, en phase avec les enjeux climatiques, sociaux et environnementaux.

Aucun de nos membres n’est encarté à LFI. Dans l’exercice de son métier de communicant, l’un de nos membres a travaillé par le passé en tant que consultant pour ce parti. Dans un communiqué de presse publié le 3 juin dernier sur leur page Facebook et repris par la presse locale, la LFI désavoue notre alliance et marque ainsi clairement son désaccord avec notre positionnement. Elle ne nous soutenait pas non plus lors du premier tour.

Non. L’équipe de Jean-Luc Rigaut tente de faire peur aux électeurs concernant le projet de Réveillons Annecy, et agite plusieurs thèmes dont celui de la fiscalité. Voici donc quelques éléments qui montrent que notre projet peut être financé sans augmenter les impôts.

Par ailleurs, n’oublions pas que Jean-Luc Rigaut est coutumier des projets qui coûtent cher, très cher, sans pour autant répondre aux besoins des Annéciens…

A) Les projets pour l’agglo et les recettes de celle-ci

Notre projet prévoit de donner enfin la priorité aux mobilités douces et de doubler le programme de rénovation énergétique des logements, deux compétences qui relèvent de l’agglo.

1- L’agglomération dispose de capacités d’investissements sous-utilisées : même avec les effets prévisibles de la crise économique post-crise sanitaire, l’agglomération aura la possibilité d’investir plus qu’aujourd’hui.

Ces deux dernières années, elle a investi à peine 15 M€ par an, soit moins que le montant de son autofinancement (18 M€ en 2019).
Même en prenant en compte l’effet de la crise, le Grand Annecy pourra investir 25 millions par an sans avoir besoin d’augmenter sa fiscalité.

2- D’autre part, la liste RA propose de financer les grands investissements qu’elle propose par redéploiement des crédits que la majorité de J-L. Rigaut avait fléché sur :

– le projet LOLA (tunnel routier du Semnoz et ses accès) : les 170 millions seront orientés vers le tram.

– d’autre projets routiers en projet avec le Département comme la mise à 2 x 2 voies de la VRU de Poisy qui devrait coûter plusieurs dizaines de millions à l’Agglo si elle était réalisée : ces crédits seront orientés vers les transports en commun, le vélo…

– le centre de congrès – 47 M€ – projet certes suspendu aujourd’hui, mais qui a déjà coûté 9 millions d’€, 9 millions jetés par les fenêtres pour un projet conduit contre la légalité et la volonté d’une majorité d’Annéciens !

Nous tiendrons l’engagement pris au moment de la naissance de la commune nouvelle de ne pas augmenter les impôts des ménages le temps de l’harmonisation des taux entre les 6 communes, par lissage en 12 ans.

En effet, depuis 2017 les taux d’imposition augmentent dans plusieurs communes (surtout à Annecy-le-Vieux et à Pringy car leurs taux sont bas) et baissent dans d’autres (Annecy et Cran-Gevrier).

B) Les projets pour Annecy et les recettes de celle-ci

Nous proposons des investissements plus massifs dans la rénovation énergétique des écoles et l’inflexion des politiques de service public. Cela pourra être aisément financé car la commune d’Annecy, elle aussi, est structurellement riche :

– ses recettes (en 2018) étaient de 1572 € par habitant, quand elles étaient de 1389 € dans la moyenne des villes de notre taille (soit 13 % de recettes de plus par habitant). Cela signifie qu’elle impose relativement peu ses citoyens (446 € d’impôt – addition des taxes d’habitation et foncière – par habitant contre 632 € dans la moyenne des villes), alors qu’elle a un potentiel de ressources économiques plus important.

la ville n’arrive pas à dépenser ce qu’elle inscrit dans son budget : en 2018, l’année s’est soldée par un excédent de 41 millions d’euros, soit 20 % des recettes ! Et en 2019, encore 29 millions d’excédent, soit 15 % des recettes.

– la commune nouvelle a hérité des moyens très importants de la commune historique d’Annecy, qui dépensait bien plus que ses voisines : on pourra souligner que le maire J-L. Rigaut était bien plus dépensier que ses voisins : en 2015, dernière année budgétaire normale pour chaque commune historique avant la fusion, Annecy avait des dépenses de fonctionnement de 1546 € par habitant, quand la moyenne des dépenses par habitant des autres communes (Cran-Gevrier, Seynod, Annecy-le-Vieux…) n’était que de 1075 €). Annecy avait pourtant des « charges de centralité » réduites puisque les grands équipements culturels et sportifs étaient à l’époque à la charge de l’agglomération.

C) Conclusion

La ville et l’agglo ont un endettement très bas et leur capacité d’emprunt est importante.

– La dette est de 487 € par habitant à Annecy, contre 1169 € dans la moyenne des villes en 2019,

– la capacité de désendettement de l’agglo correspond à 2,3 années, la moyenne des agglos étant à 5,3 ans.

Depuis des années, la ville et plus encore l’agglo investissent moins que leur permettent leurs moyens financiers. Elles sont très peu endettées et peuvent emprunter davantage pour investir dans des projets d’avenir (transports, rénovation énergétique).

Il est en effet judicieux de recourir à l’emprunt quand les taux d’intérêt sont inférieurs à 1 %, et de bonne gestion d’emprunter pour accélérer un programme d’investissement dont les entreprises du bassin auront bien besoin pour se relancer.

Ce n’est pas une alliance de listes mais une alliance pour un projet. La Liste Annecy Respire a souhaité nous rejoindre car le projet que nous portons est le plus proche de celui porté par Frédérique Lardet et ses colistiers. De plus, nos méthodes de gouvernance, utilisées depuis le début du mouvement, permettent de dépasser nos points de désaccord et de prendre des décisions collectivement. L’alliance a été votée par le parlement de Réveillons Annecy, composé de tous·tes les militant·es du mouvement ; 86 % des personnes se sont exprimées en faveur de l’alliance.

Au soir du premier tour, nous avons fait un appel à convergence aux listes qui pouvaient se maintenir au 2ème tour sur la base de notre projet : seule Annecy Respire a répondu positivement à cet appel. Au lendemain du dé-confinement, nous avons relancé la liste de Denis Duperthuy. Il a cette fois répondu présent, mais celui-ci souhaitait imposer certains points de son programme (déplacement de la mairie centrale à Meythet, 10.000 à 15.000 logements supplémentaires à Meythet, suppression des mairies déléguées, le parking de la préfecture à 36 M€ qui attirera 2500 voitures supplémentaires en centre-ville). En raison de ces blocages programmatiques et sans plus de nouvelles de sa part malgré nos relances, il a alors annoncé par voie de presse qu’il déclinait notre appel.

Nous faisons le constat unanime de la nécessité d’un électrochoc sur les transports en commun, où rien (ou si peu) a été réalisé depuis quasiment 20 ans.

Les actions à réaliser son claires: redessiner le réseau et développer des sites propres pour la fluidité et la rapidité des trajets ; augmenter intelligemment les cadences par une étude fine portant sur chaque ligne et créer des services associés aux terminus (services vélos, P+R).

La mise en œuvre technologique de cette vision d’avenir de la mobilité n’est pas figée. Il s’agit de comparer les différentes options (tram, tram-train, BHNS, autres systèmes de câbles ou innovations). Le choix se basera sur un périmètre défini en concertation avec les élus du Grand Annecy, les tracés projetés, les éléments de faisabilité techniques, les coûts afférents (investissement + fonctionnement + entretien + personnel de conduite), et les délais de réalisation.

Quant au Supraways, la société qui porte le projet est une petite entreprise de 5 personnes et il nous semble difficile de confier un projet d’une telle envergure à des acteurs économiques dont la pérennité est loin d’être assurée. Une telle solution pourrait venir en complément des solutions techniques principales évoquées plus haut.
Quoiqu’il en soit, nous étudierons toute proposition sérieuse afin de mettre en œuvre en bonne intelligence avec les habitants d’Annecy et du Grand Annecy les meilleurs choix en matière de mobilité, pour longtemps.

Non, au contraire. Il s’agit de limiter la circulation aux cas nécessaires. Il restera possible de se garer brièvement en bas de chez soi, par exemple pour décharger un meuble, comme le font aujourd’hui les résidents des zones piétonnes. Ou même d’approcher un camion de déménagement, bien sûr.
L’objectif est de réduire la pollution, le bruit et les bouchons. Par conséquent, les déplacements nécessaires en seront facilités.

L’équipe de Réveillons Annecy n’est pas comptable des prises de position d’ancien·nes élu·es. Nous ne pouvons que regretter ces investissements en faveur de la neige de culture, qui plombent les finances publiques et qui n’apportent à cette altitude aucune garantie de pérennité du modèle touristique basé sur la neige. Il est temps d’investir et d’accompagner les professionnels sur d’autres formes de tourisme qui attirent en toute saison et valorisent notre patrimoine naturel et culturel.

Dire que Réveillons Annecy s’exprime sur le « saccage » du parc des Capucins est mensonger. Réveillons Annecy existe depuis un an et le parc des Capucins a été acté bien avant. Certains élus ont manifesté le souhait de développer, dans un souci de mixité sociale, des logements accessibles au plus grand nombre en centre-ville, mais n’ont jamais souhaité le “saccage” du parc des Capucins. Nous avons à la fois besoin de lutter contre l’étalement urbain qui augmente le trafic automobile, et de maintenir de la nature en ville. Pour cela, nous avons besoin de déminéraliser des espaces publics (ex : Chorus, Place François de Menthon…), de débitumer les cours d’école, de végétaliser les constructions et de créer des îlots de fraîcheur. C’est une condition sine qua non pour préparer la ville au dérèglement climatique et aux épisodes de canicule qui seront de plus en plus fréquents.

Les élus d’Annecy Respire qui ont rejoint la liste ont accepté de soutenir le projet de Réveillons Annecy, très proche du leur, ainsi que les valeurs qui nous animent. L’abandon du tunnel sous le Semnoz est une ligne rouge. Si les Annéciens élisent notre liste de rassemblement, ce projet sera définitivement enterré.

Le projet de l’usine à enrobés de Poisy est un sujet délicat. L’usine actuelle est située aux abords de milliers de logements en plein cœur de Cran-Gevrier et menace la santé de nombreux concitoyens. Au moment où l’implantation de l’usine d’enrobés a été décidée, il y a près d’une décennie, il n’existait pratiquement pas de logements à proximité du site de Poisy. Le projet d’usine est prévu aux normes environnementales les plus strictes, sous une forme totalement fermée pour éviter les nuisances olfactives. Nous comprenons le ressentiment des populations de Poisy qui craignent la dévalorisation de leur logement situé non loin de l’usine, mais le site de Cran-Gevrier est inadapté à une zone d’habitat très densifiée. La nouvelle équipe élue à l’agglomération devra trouver une solution qui concilie les besoins du territoire en matière de travaux publics, la santé environnementale, et la qualité de vie des habitants.

Mener une politique écologiste ne consiste pas à crier plus fort que les autres. Il s’agit aujourd’hui d’engager une réelle bifurcation par rapport à nos modes de production et de consommation locaux, et de s’attaquer aux leviers majeurs pour faire face à la crise climatique et préserver la biodiversité :

  • Proposer des alternatives à la voiture individuelle et développer les mobilités douces (vélo, marche à pied) et les transports en commun
  • Limiter nos besoins en énergie fossile et produire localement l’énergie dont nous avons besoin (avec le bois, le méthane, le solaire, l’eau…)
  • Produire, transformer et consommer localement notre alimentation. Pour cela, nous devons développer une filière maraîchère et une filière céréalière
  • Arrêter l’artificialisation des terres agricoles, la bétonisation à outrance et produire des logements qui limitent les impacts sur le paysage et sur l’environnement. Le chantier des Trésums est un triste exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Nous pouvons produire des logements en utilisant plus massivement le bois dans les constructions, et en développant l’économie circulaire pour les déchets du BTP.

Chez Réveillons Annecy, nous avons laissé la liberté à nos membres de se déclarer candidat tête de liste.

En novembre dernier, le parlement (composé d’une centaine de membres actifs) a élu François Astorg parmi trois candidats, grâce à l’outil du jugement majoritaire.

À ce jour, François est le seul candidat des municipales à avoir été élu par ses pairs et non auto-proclamé !

La 5G suscite de nombreux débats et questionnements !

Il y aura en 2020, 50 milliards d’objets connectés dans le monde ; or la croissance de la 5G est incompatible avec les limites géophysiques de la terre et l’utilisation des matières premières, métaux précieux nécessaires pour la fabrication des réseaux, le changement des téléphones portables à grande échelle et les objets connectés.

Le déploiement prioritaire de la 5G nous semble incompatible avec notre programme de transition écologique, avec notre volonté de lutter contre le réchauffement climatique et de restaurer des îlots de fraîcheur.

Toutefois, il est important de réunir les acteurs économiques et institutionnels pour valider leurs besoins et de trouver des solutions d’avenir pour la recherche et l’innovation !

Le projet du Haras a été voté et les travaux devraient être lancés dès l’automne.

Pour le moment, il semblerait que nous ayons peu de recours pour intervenir car tout a été ficelé avant les élections. Nous regrettons que ce projet n’ait pas fait l’objet d’une grande concertation avec l’ensemble des usagers du Haras et des riverains.

Malgré tout, nous rouvrirons une concertation pour tenter de faire évoluer le projet en impliquant l’ensemble des citoyen·nes d’Annecy qui affectionnent particulièrement ce lieu.

Nous soutenons le projet d’une Cité de l’animation car Annecy doit devenir la capitale de l’animation toute l’année. En revanche, le projet de la halle gourmande, par le modèle économique proposé, est trop élitiste et doit évoluer pour que ce lieu reste un projet pensé pour les Annécien·nes avant tout.

La halle gourmande est malheureusement concédée à un acteur privé pour 20 ans et à ce titre, nous examinerons les recours possibles pour revoir la copie.

Nous chercherons également à réintroduire plus de nature dans le site pour créer de véritables îlots de fraîcheur, afin que chaque Annécien·ne puisse profiter de ce poumon de nature en plein centre-ville.

La fermeture récente de la cafétéria Crescendo nous incite à vouloir créer un autre lieu populaire, accessible à tous les revenus, pour se restaurer et boire un verre.

Les primes à l’achat de VAE bénéficient surtout aux ménages qui ont les moyens de mettre au minimum 1000€ dans un vélo et éventuellement d’en acheter un plus haut de gamme.

Chez Réveillons Annecy, nous pensons qu’il faut favoriser la mobilité pour tous et notamment pour les bas revenus. C’est pourquoi nous préférons déployer davantage les locations de longue durée de vélos classiques, de vélos à assistance électrique, et de vélos cargos pour les familles avec jeunes enfants, grâce à Vélonecy, à des tarifs très avantageux. Nous préférons soutenir la location et le réemploi, plutôt que l’achat de vélos neufs.

Nous devons également promouvoir le “savoir rouler” auprès des populations en réinsertion afin qu’elles puissent se déplacer et retrouver du travail grâce à des moyens de mobilité à bas coût, notamment via des associations locales et des recycleries.

Il faut tendre vers l’égalité salariale d’ici la fin du mandat.

Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes varient de 18 % à 5 % selon la catégorie de salariés. Nous mettrons tout en œuvre pour rétablir la situation d’ici la fin de mandat, malgré l’obligation assignée par L’État de ne pas augmenter nos dépenses de fonctionnement de plus de 1,2 % par an.

La mise sur le marché de locations de courte durée crée une tension inflationniste sur le marché locatif et peut même aboutir à une requalification des quartiers.

Nous avons identifié deux problématiques majeures liées à ce sujet :

1 – Le contrôle des locations n’est aujourd’hui absolument pas réalisé par la mairie d’Annecy, ce qui facilite les abus et suscite le mécontentement des hôteliers, des voisins, etc.

Ce contrôle demande une collaboration étroite avec l’office du tourisme et les services en charge du tourisme au Grand Annecy. Nous mettrons des moyens humains pour faire respecter les durées de location à 120 jours maximum de location.

2 – La régulation des autorisations de location aux propriétaires de logements secondaires. Il faudra réfléchir à des conditions d’attribution plus strictes de l’autorisation de location de courte durée de ces logements.

Par exemple, comme cela se fait à Nice, la mairie peut conditionner une autorisation de location de courte durée à la location, par le même propriétaire, d’un autre logement en longue durée .

Nous soutenons les acteurs de la transition et de l’économie circulaire, dans laquelle s’inscrit la monnaie locale annécienne, la Gentiane.

Nous avons rencontré cet acteur et nous soutiendrons le déploiement de cette monnaie qui est nécessaire à l’économie locale.

Les habitants pourraient par exemple payer des services publics en Gentianes (sports, transports publics, culture, cantines…).

Les Gentianes collectées pourraient ensuite être réutilisées par les cantines pour payer des maraîchers locaux et des producteurs alimentaires…

En tout cas, il faut imaginer un fonctionnement qui soit dynamique pour l’économie locale.

Cette démarche sera négociée au sein du Syndicat Intercommunal du Lac d’Annecy, qui regroupe 5 communautés de communes, avec le concours des services de l’État et des associations environnementales concernées ; en effet, le lac est géré par l’État via la préfecture.

Nous prévoyons un accompagnement des professionnels pour l’adoption de bateaux à moteur électrique, et des moyens de contrôle pour vérifier les mouillages dans les ports du lac.

Le projet architectural a été voté, mais la concertation n’a pas été engagée sur ce projet.

Il semblerait sage d’organiser dès que possible une concertation avec les clubs sportifs, les services du rectorat, les directeurs d’écoles, les associations familiales.

Il y a peu de piscines publiques ; cette rénovation doit être l’occasion d’ajuster l’équipement aux besoins réels des habitants et d’anticiper la croissance de la population dans la ville.

Notre programme a été co-construit avec les citoyennes et citoyens désireux de participer à sa réflexion. Notre programme n’est pas figé, il continue de s’enrichir grâce aux réflexions engagées avec l’ensemble des acteurs sur le bassin annécien !

Le travail de co-construction du programme a été décliné en 4 grandes étapes de concertation :

1 – CRÉATION DES GROUPES DE TRAVAIL THÉMATIQUES DURANT L’ÉTÉ 2019 (environ 100 personnes actives pour réfléchir à un projet de territoire)

Les premières propositions sont issues des travaux des groupes de travail thématiques. Ceux-ci continuent à élaborer des propositions et à les approfondir durant l’étape 2.

2 – OUVERTURE DE LA PLATE-FORME NUMÉRIQUE : LA FABRIQUE CITOYENNE; du 20 octobre au 20 décembre

Afin de co-construire le programme avec le plus grand nombre, nous avons souhaité créer une plate-forme participative numérique appelée « la Fabrique Citoyenne ».

3 – VALIDATION DU PROGRAMME PAR LE PARLEMENT pendant le mois de décembre

Le parlement est l’instance où sont prises les décisions au sein de Réveillons Annecy ! Il est constitué de tous les membres des groupes de travail ayant signé le manifeste.

4 – PUBLICATION ET RESTITUTION DU PROGRAMME À PARTIR DE JANVIER

Une fois le programme validé par le parlement de Réveillons Annecy !, nous sommes entrés dans la phase de communication et de restitution des propositions issues des groupes de travail et de la Fabrique Citoyenne.

La ville proposera aux services de l’État de devenir territoire d’expérimentation sans chasse les week-ends. Cette démarche devra être engagée avec le soutien des associations environnementales, des agriculteurs et de la Fédération française de la chasse, pour identifier les freins et les leviers à la restauration des écosystèmes et garantir la protection des promeneurs et randonneurs, afin qu’ils profitent pleinement de la nature en famille.

Notre priorité va au développement des transports en commun et à la mobilité douce. Pour cela, nous devons dégager des recettes liées à l’utilisation de la voiture en centre-ville, pour aménager des parkings P+R à l’entrée de la ville.

La gratuité des transports en commun est un objectif à long terme, mais elle pourra être efficace uniquement sur un réseau bien développé, pour maximiser le nombre de voyageurs dans les transports en commun.

Notre territoire est très en retard sur l’usage des transports en commun (moins de 7 % de report modal, c’est-à-dire de personnes délaissant la voiture au profit d’un autre moyen de transport. Pour rappel, la moyenne du report est de 10 % en Haute-Savoie et de 15 % à Annemasse).

La priorité de notre mandat est le développement des infrastructures, de la fréquence et de l’amplitude horaire des transports en commun, et la mise en service de voies express sécurisées pour que le vélo devienne un mode de transport alternatif à part entière. C’est la garantie d’un réel report de la voiture vers les transports en commun et les mobilités actives.

Nous mettrons toutefois en place une tarification sociale pour les personnes aux revenus modestes.

Des études récentes démontrent en réalité l’inverse : il sera plus facile et agréable pour les piétons et les cyclistes d’accéder à leurs commerces en ville si les trottoirs sont plus larges et s’il est plus facile de déambuler. Dans tous les cas, les rotations de stationnement des voitures dans les rues ne sont pas suffisantes pour que les automobilistes puissent se garer juste devant les commerces qui les intéressent.

Les consommateurs de centre-ville sont, dans la très grande majorité des cas, des personnes qui habitent à moins de 3 km du centre.

Anticor est une association dédiée à la lutte contre la corruption et au respect d’exigences démocratiques non partisanes. Elle regroupe des citoyens et des élus de toutes tendances politiques. Réveillons Annecy est la seule liste à s’être engagée sur 30 propositions portant sur 7 thèmes spécifiques : disponibilité des élus, prévention des conflits d’intérêt, reconnaissance du rôle des élus minoritaires, transparence de l’action publique, lutte contre la corruption, contrôle de l’action municipale, participation des citoyens aux décisions locales.

Plus d’informations sur Anticor ici.

Avant de prendre une telle décision, nous devons préalablement revoir l’ensemble des besoins en matière de tourisme d’affaires, identifier les complémentarités avec les autres sites d’exposition et de congrès du département et de la Savoie.

Nous devons travailler à un positionnement adapté en matière de tourisme d’affaires : ce type de projet doit être mis à la concertation et être co-construit avec l’ensemble des acteurs et des citoyen·nes pour qu’une éventuelle structure complémentaire et modulable soit adaptée à notre vision d’un tourisme responsable.

Il est possible de “racheter” cette portion d’autoroute avant la fin de la concession des sociétés d’autoroute (dans une dizaine d’années). Cela pourrait être co-financé par la région et l’État également. Cela permettrait, comme c’est le cas pour de nombreuses agglomérations, qu’un tronçon d’autoroute urbaine gratuite désengorge Annecy et la RD 3805. Nous étudierons cette solution dont le coût s’élèverait entre 100 M€ et 200 M€.

Le parlement de Réveillons Annecy a voté le souhait de ne pas renouveler le free floating des trottinettes électriques confié aux sociétés privées. Nous constatons qu’il n’y a pas vraiment de report des déplacements de la voiture vers les trottinettes, mais plutôt un report de la marche à pied vers la trottinette (la moyenne d’âge des usagers étant plutôt jeune).

Face à de nombreuses incivilités dans les usages (déplacements rapides sur trottoir, chargement de 2 personnes, déposes anarchiques sur la voie publique, voire abandon dans le lac !), nous voulons privilégier prioritairement le développement des transports en commun et les déplacements à vélo.

Nous pensons que certaines trottinettes pourraient faire partie d’un service de location encadré par Vélonecy pour les habitant·es et les touristes. Les trottinettes seraient alors empruntées à des endroits dédiés et sous caution des loueurs pendant la période déterminée.

Vote par procuration

Vous n’êtes pas en capacité de vous déplacer jusqu’au bureau de vote ou vous êtes absent le jour de l’élection ?

Vous pouvez établir une procuration afin que quelqu’un puisse voter en votre nom.

Nous mettons à disposition des citoyennes et citoyens d’Annecy, un outil permettant de mettre en relation les personnes ne pouvant pas aller voter, avec celles et ceux qui iront voter le 15 et le 22 mars 2020.