Mobilité

🚲 Annecy : mauvaise élève des « villes cyclables de France »

Baromètre FUB, Annecy mauvaise élève des villes cyclables

Au baromètre des « villes cyclables de France », Annecy régresse !

Lancé pour la première fois en automne 2017 par la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB), le baromètre des villes cyclables constitue la plus grande « enquête vélo » jamais réalisée en France. Les villes sont évaluées selon les critères suivants :

→ Effort de la municipalité pour promouvoir la mobilité cyclable
→ Sécurité des infrastructures
→ Services proposés et stationnement
→ Confort
→ Ressenti global

Annecy Résultats 2019 du baromètre de la FUB

De mauvais résultats

En 2017, Annecy affichait une note très moyenne, de 3,33 sur 6, avec 1000 répondants. À l'automne 2019, à l'approche des élections municipales, la FUB relance son baromètre, relayée par Roule & Co ainsi qu'Annecyclo. L'enquête a cette fois-ci mobilisé près de 2000 répondants.

Les résultats viennent de tomber : la note d’Annecy a régressé, passant à 3,15 sur 6.

Annecy se classe assez loin derrière Grenoble qui décroche la 1ère place des villes cyclables de sa catégorie (ville de 100 000 à 200 000 hab).

Effort de la ville d'Annecy FUB

Aucune volonté politique des élus en place

Les cyclistes annéciens évaluent « l'effort de la ville » à seulement 2,97. Les nombreux points noirs sont toujours les mêmes que ceux signalés il y a 2 anset ce malgré les demandes des usagers et associations qui ont régulièrement des réunions avec la mairie d’Annecy. Des aménagements essentiels sont au point mort. Rappelons d'ailleurs que la peinture au sol n'est pas une infrastructure sécurisée.

« Ce n’est pas seulement une piste cyclable pour faire le tour du lac dont ont besoin les Annéciens »
- Marion LAFARIE (liste Réveillons Annecy !)

En octobre dernier, l'insulte « ayatollahs » lancée aux cyclistes par le maire sortant Jean-Luc Rigaut, a clairement symbolisé le dénigrement des pouvoirs en place envers les usagers de la mobilité douce : ceux qui n'ont pas les moyens d'avoir une voiture, ceux qui font leur part pour réduire la pollution de l'air et apaiser la circulation, ceux qui font des économies en se déplaçant à vélo ...

Sécurité des cyclistes dans la ville d'Annecy

Le manque de sécurité : premier frein à l'usage du vélo 

Tous les automobilistes sont des potentiels cyclistes du quotidien, dont beaucoup n'osent pas franchir le cap par manque d’infrastructures sécurisées et par peur des accidents.

De quoi ont besoins les cyclistes annéciens ?

- Ils ont besoin que leur ville leur donne de la place et les sécurise.
- Ils ont besoin de se dire qu’ils peuvent envoyer leurs enfants à l’école à vélo en toute sécurité, plutôt que de devoir les amener en voiture parce que les abords des écoles sont dangereux et impraticables à vélo.
- Ils ont besoin de se dire qu’ils iraient plus vite à vélo qu’en voiture, et que c’est confortable de rouler grâce à des priorités vélos aux intersections plutôt que des panneaux « cyclistes pied à terre » tous les 200m, surtout lorsqu’on transporte des enfants.
- Ils ont besoin de pouvoir sécuriser facilement leur fidèle destrier grâce à des arceaux vélos en se disant qu’ils vont bien pouvoir le récupérer le soir.

Si vous concevez une ville pour les voitures, cela échoue pour tout le monde, y compris les conducteurs. (Brent TODERIAN)

En route vers un « Plan Vélo » à Annecy

Alors rattrapons vite le retard qu’Annecy détient en matière de mobilité active et notamment cyclable. Notre liste Réveillons Annecy prévoit d'investir dans un vrai Plan Vélo en collaboration avec l'agglomération du Grand Annecy.

Quand on met plus de pistes cyclables en ville et plus de services (consignes à vélos, arceaux vélos avec abris…), on voit apparaître plus de cyclistes. Une belle manière de concurrencer la voiture individuelle sans faire d'écologie punitive.

Résultats 2019 du baromètre de la FUB : https://palmares.parlons-velo.fr/

Read more

Annecy : TAXIS & VTC s’unissent contre UBER

Manifestations des chauffeurs de Taxis et VTC

Il est 14h30 ce jeudi 16 janvier, à Annecy, lorsqu’un collectif citoyen nommé « ​TAXIS & VTC - TOUS UNIS !​ » qui compte une trentaine « d’entreprises de transport indépendantes et solidaires, » se réunit pour perturber un recrutement de la société américaine UBER à la Brasserie du Parc.

L’arrivée d’UBER ne doit pas contribuer à renforcer les inégalités sociales

C’est pour Réveillons Annecy l’occasion de rappeler les faits suivants : 

REVEILLONS ANNECY ne cautionne pas le développement d’activités qui contribuent au dumping social et fiscal. Chaque activité créée sur le territoire doit donner autant qu’elle reçoit. Les routes, les infrastructures, les activités touristiques dont UBER a besoin pour se développer sont payées avec l’argent du contribuable. UBER doit donc payer ses impôts sans montage fiscal et être soumis aux même régime fiscal et social que les taxis et VTC indépendants (voitures avec chauffeur).

REVEILLONS ANNECY soutiendra toutes les activités de transport à la personne qui permettent à ceux qui les exercent à titre professionnel, d’en vivre décemment. Cette posture nous semble d’autant plus importante qu’Annecy est réputée pour être une ville à la vie chère, qui ne permet pas  à ceux qui ont de petits revenus de bien vivre. L’arrivée d’UBER ne doit pas contribuer à renforcer les inégalités sociales et à entretenir une concurrence délétère. Rappelons qu’UBER prend un pourcentage de 25 % sur les gains des chauffeurs qu’elle utilise comme « partenaires, » afin de « s’absoudre des charges sociales et salariales. »

Développer les services de mobilité

REVEILLONS ANNECY mettra tout en oeuvre pour développer les services de mobilité nécessaires à notre territoire, mais pas à n’importe quel prix. Des services de transport à la demande doivent être créés, l’offre de transports en commun -en particulier le soir et le week-end- doit être renforcée, le co-voiturage de proximité, l’auto-stop organisé et l’auto-partage favorisés. Enfin, le développement des activités liées à la mobilité doit être menée en concertation avec l’ensemble des acteurs professionnels concernés et avec les usagers

Read more

Annecy : 30 millions d’euros pour le parking de la Préfecture

Le parking "Préfecture" : un espace paysager ?

« La ville va aménager un espace paysager hautement qualitatif, en lieu et place de l'actuel parking de surface "Préfecture". » (Source : Annecy MAG) C'est en ces jolis termes que le projet de parking de la Préfecture nous est annoncé. On pourrait croire à un tournant écologique de la politique de mobilité de Jean-Luc Rigaut (maire sortant), mais il n'en est rien. Il s'agit en réalité de faciliter l'usage de la voiture dans le centre-ville avec la construction d'un parking souterrain.

Un investissement de 30 475 000 euros HT

Un autre point de contestation, c'est celui du budget alloué à ce parking : près de 31 millions d'euros. Dans un post Facebook, Yannis Sauty (1er Adjoint à la commune déléguée de Cran-Gevrier) nous rappelle l'ordre de grandeur de ce budget : « Sinon avec 30 millions on peut rénover complètement 6 écoles. » Ces 30 millions d'euros financeront la suppression des 250 places de stationnement en surface, pour en refaire 720 en sous-sol. François Astorg (candidat aux élections municipales avec la liste Réveillons Annecy) s'exprime également contre ce projet : « Mettre 30 millions d'euros pour attirer encore plus de voitures en centre-ville, est contraire à ce que nous défendons. » Quel seront donc les arguments pour inciter les Annéciens à utiliser les parking-relais s'il est possible de garer facilement sa voiture devant le lac ?

Saturation de la circulation routière

Sachant que le taux de "rotation" d'une place de parking est en moyenne de 5 voitures par jour, il est à prévoir une forte saturation de la circulation routière dans ce périmètre. Ce sont environ 2350 voitures de plus qui devront accéder au parking de la Préfecture. Or, le rond-point devant le Lycée Berthollet et l'avenue d'Albigny sont déjà connus pour leur bouchons.

Read more

Léman Express : une nouvelle solution de mobilité pour Annecy ?

Le Léman Express inauguré à Annecy

Il est 13h15 ce samedi lorsque le Léman Express entre en gare d'Annecy. Ce nouveau réseau ferroviaire est présenté comme la solution de mobilité aux milliers de travailleurs frontaliers annéciens qui rejoignent Genève. Au coeur d'un enjeu écologique, rappelons que les trajets Annecy - Genève en voiture, ont un impact important sur la qualité de l'air. Le premier train sera accessible au public ce dimanche 15 décembre 2019.

40 trains, 45 gares, 230 kilomètres de lignes

Le réseau couvre à la fois la Haute-Savoie, le canton de Genève et le canton de Vaud. En ce qui concerne le Grand Annecy, l'agglomération possède les gares de Groisy, Pringy, Annecy. Il est attendu 50 000 clients français et suisses par jour ! Alors pour faciliter la montée et la descente des voyageurs, chaque rame est équipée de 7 portes. « Le Léman Express offre un espace de travail confortable, la législation devrait évoluer pour convertir ces temps de trajet en télétravail. » - François ASTORG

Annecy > Genève en 1h20 !

Avec une politique des transports qui privilégie le tout routier comme l'élargissement de l'A41, le Léman Express arrivera-t-il à convaincre pour faire Annecy > Genève avec ses 1h20 de trajet ? On peut sérieusement douter que les nombreux frontaliers s'en saisissent. Bien sûr, ne réduisons pas le Léman Express au seul Annecy. Ce type de mobilité restera toujours mieux que la voiture face au défi de la pollution de l'air et du dérèglement climatique.

Les agents du Léman Express présentent l'emplacement pour les vélos.

Peut-on emporter son vélo dans le Léman Express ?

La multimodalité "vélo + train", risque de s'avérer être un point faible pour le Léman Express. En effet, la rame ne possède qu'un support étroit pour la dépose des vélos. Il vous faudra peut-être investir dans un vélo pliant à garder devant votre siège pour être certain de pouvoir l'emporter avec vous.
Read more