Écologie

Baisse de la pollution de l’air à Annecy : et demain ?

Savoir transformer les périodes difficiles en opportunité de changement fait partie des stratégies de résilience.

En matière d’aménagement du territoire et de gestion de la qualité de l’air, le confinement a permis de porter un regard inédit sur la ville : largement délestées de leur trafic automobile, les rues ont offert aux Annéciens les vertus d’une ville apaisée : baisse des concentrations de certains polluants, cheminements piétons sécurisés, déplacements à vélo facilités, silence laissant affleurer les sons de la nature…

Bien sûr, contempler une ville désertée de ses habitants a aussi quelque chose d’angoissant. Mais la situation fait ressortir de façon marquante la place importante prise par la voiture dans l’aménagement du territoire urbain : emprise au sol des véhicules en stationnement, taille des aménagements dédiés à la voiture (rapport de proportionnalité entre les routes, les trottoirs et les aménagements sécurisés pour les vélos, parkings…) et impacts divers sur la qualité de vie.

Sans le trafic quotidien, cette période est idéale pour expérimenter de nouveaux aménagements en vue du dé-confinement, repenser la ville et transformer ses stratégies de mobilité (voir notre post du 16 avril sur ce sujet).

Malheureusement, la ville d’Annecy n’a pris aucune mesure concrète pour le moment et ne sera assurément pas prête à expérimenter de nouvelles mobilités dès le 11 mai. Pourtant, plusieurs études ont montré que la pollution de l’air est un facteur aggravant de l’épidémie, sans parler d’autres maladies chroniques.
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes s’est positionné sur le sujet en ces termes : « Alors qu’un déconfinement progressif va s’amorcer à partir de la mi-mai, il ne faudrait pas qu’une reprise de l’activité économique et donc du trafic routier viennent annihiler les améliorations observées ces dernières semaines en matière de qualité de l’air. »

En effet, la baisse de la pollution de l’air est un autre effet collatéral positif du confinement. Une étude européenne publiée le 29 avril dernier par le Centre for Research on Energy and Clean Air (Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur, CREA), un organisme indépendant basé en Finlande, montre que le confinement a fait baisser les émissions de dioxyde d’azote (NO2) de 40 % et celles des particules fines de 10 % pendant le mois d’avril (-44 % et -8 % pour la France. -66 % pour Annecy !). L’analyse a porté sur 3000 stations de mesures européennes et a pris en compte les variations météorologiques pour comparer avril 2020 aux mois d’avril des autres années.

La France fait partie des pays où la baisse de NO2 a été la plus importante.

Une des explications de ces résultats est la baisse de consommation de pétrole, « liée principalement à la réduction du trafic routier. »

Bilan sanitaire de l’étude ?

11000 morts évitées en Europe (1200 en France), 6000 cas d’asthme évités chez les enfants, 600 naissances prématurées en moins. Les particules fines, elles, ont moins baissé. Elles ont même stagné, voire augmenté par endroits. Des analyses plus poussées devront être faites pour déterminer précisément leur provenance (chauffage au bois, épandages, industrie, trafic routier) et mettre en place les mesures adéquates pour qu’elles soient réduites.

Enfin, la réduction du trafic automobile permet aussi la réduction des GES (Gaz à effet de Serre). 30 % des émissions de gaz à effet de serre sont dues au transport en France (dont 53 % aux véhicules individuels). Cette donnée est importante pour la gestion de la crise climatique en cours, puisque les émissions de GES sont reparties à la hausse depuis 2015 et que la France ne respecte pas les objectifs qu’elle s’était fixés dans le cadre de l’Accord de Paris.

Alors, que faire pour améliorer la qualité de l’air et le quotidien des Annéciens ?

Le sujet est complexe car beaucoup de données sont liées. Ce qui est certain, c’est que le développement massif des infrastructures et des initiatives permettant l’usage sécurisé des modes doux (marche, vélo, etc.) et le développement d’une ville apaisée aura un impact fort sur la qualité de vie des habitants et sur les taux de pollution et de GES.

Au niveau local, il faudra poursuivre également la rénovation énergétique des bâtiments, la modernisation des modes de chauffage et mettre en œuvre des stratégies limitant l’impact de l’industrie et de l’agriculture.

Chiffres clés

En 2016, la pollution aux particules fines a entrainé la mort d’environ 400.000 personnes en Europe, 6,4 millions dans le monde. La même année, 71.000 morts ont également été attribuées à la pollution au dioxyde d’azote.

Read more

Forum de l’eau : Comment protéger et valoriser cette ressource essentielle ?

Dans notre région et à Annecy en particulier, l’eau est omniprésente. Des neiges des montagnes environnantes, aux nombreux cours d’eau, torrents et rivières qui les sillonnent, en passant par le lac, d’origine glaciaire, et ses exutoires.

L’eau est assurément une ressource précieuse et son abondance relative ne devrait pas exclure une réflexion sur sa gestion.

Création d’un syndicat pour assainir le lac en 1957

Pour le lac, la réflexion a été engagée dans les années 50, devant le constat de son eutrophisation.
Elle a abouti le 15 juillet 1957 à la création du Syndicat Intercommunal des Communes Riveraines du Lac d’Annecy (SICRLA). L’organisme s’est ensuite appelé SILA (et a regroupé jusqu’à 22 communes). Depuis 2001, il s’est transformé en Syndicat Mixte du Lac d’Annecy, fort de 113 communes.

À l’origine, l’objectif du syndicat est d’assainir le lac en collectant l’ensemble des eaux usées et en les conduisant vers l’aval pour y être traitées. Un collecteur d’une longueur de 42 km est créé, ainsi qu’une station d’épuration. Celle-ci est achevée en 1963, réaménagée à deux reprises dans les années 1970 avant d’être remplacée par une nouvelle station de traitement des eaux baptisée « Siloe, »inaugurée en 1997. Le lac est alors ceinturé de 400 km de collecteurs d’eaux usées et d’une quarantaine de stations de pompage permettant le rejet des eaux épurées dans le Fier.

En 2009, ces chiffres sont portés à 1200 km de collecteurs et 66 stations. Cette politique volontariste et innovante a valu à Annecy la réputation d’avoir « le lac le plus pur d’Europe. »

Quels défis futurs relatifs à la gestion de l’eau à Annecy ?

Toutefois, rien est acquis. En matière de pollution des eaux, « une surveillance permanente et efficace doit être associée à une politique de prévention et à une bonne information des citoyens. »

  • Quels sont les défis futurs relatifs à la gestion de l’eau à Annecy et dans ses alentours, notamment en montagne ?
  • Alors que nous connaissons actuellement un épisode de sécheresse très précoce, comment répondre aux défis qui nous attendent ?

Nous aborderons ces questions et de nombreuses autres à l’occasion du Forum de l’eau, diffusé en direct jeudi 23 avril à 18h30. Autour de cette table virtuelle nous aurons le plaisir d’accueillir François Astorg en compagnie d’expert·es :

  • Charlène Cardoso : ingénieure hydrologue
  • Pierre Geay : Vice-Président du SILA, Syndicat mixte du lac d’Annecy
  • Marianne Brechu : responsable de l’Antenne Alpes et ambassadrice de l’association Water Family
  • Grégory Tourreau : hydrobiologiste et ambassadeur de l’association Water Family Alpes

Vous pouvez revoir l’intégralité du live ci-dessous 

LE FORUM DE L'EAU – Réveillons Annecy !

💧 Partons à la découverte de l'histoire exemplaire du cycle de l'eau d'Annecy. Du lac jusqu'au robinet, les citoyen·ne·s ont ils·elles un rôle à jouer ?🔔 JEUDI 23 AVRIL à 18h30🔴 Nous répondrons à vos commentaires et questions en direct.

Gepostet von Réveillons Annecy am Donnerstag, 23. April 2020

*Source : lien

Aller plus loin : offrez-vous une plongée dans un lac alpin

Stéphane Tourreau, vice-champion du monde d’apnée en 2016 et Grégory Tourreau, hydrobiologiste (invité de notre prochain direct sur l’eau, si vous avez bien suivi!!), nous offrent une plongée dans cinq lacs alpins avec leur websérie “là eau” réalisée avec Mathias Lopez.

Leur idée originale, faire découvrir le monde qui se cache derrière le reflet des montagnes, mettre en valeur ces lacs et leurs richesses, un patrimoine local à préserver.

Read more

50 nuances de béton : les anciens vergers d’Annecy-le-Vieux seront rasés

50 nuances de béton : les anciens vergers d’Annecy-le-Vieux seront rasés

Permis de construire

Une lanceuse d'alerte nous a informé hier de la pose d'un panneau de construction en bas de la colline d'Annecy le Vieux, le long de la piste cyclable. C'est avec stupeur que cette annécienne nous apprend que les jardins potagers et vieux vergers vont céder place à du béton.

Ce terrain d'agriculture urbaine (au croisement de l'allée Jean Monnet avec la montée du Jouly) va être aménagé avec un lotissement de 3 lots, d’une hauteur indéterminée. Après quelques recherches, nous parvenons à savoir que le permis de construire a été déposé le 17 février, mais que le panneau d'information a pris du temps à être installé. Le délai de recours est donc très court !

Chantier lotissement Annecy-le-Vieux

Crise sanitaire et autonomie alimentaire  :

La crise sanitaire que nous traversons nous oblige à repenser nos capacités d'autonomie alimentaire. La crise climatique, elle, agit sur la manière d’aménager notre territoire. Alors, le contexte actuel rend choquant ce bétonnage systématique des poumons verts de notre ville !

Peut-on normalement à la fois voter un Plan Climat à Annecy et à la fois raser les espaces verts ? NON. Pourtant le maire sortant le fait encore et sans consulter les habitants.

Crise sanitaire et autonomie alimentaire  :

La crise sanitaire que nous traversons nous oblige à repenser nos capacités d'autonomie alimentaire. La crise climatique, elle, agit sur la manière d’aménager notre territoire. Alors, le contexte actuel rend choquant ce bétonnage systématique des poumons verts de notre ville !

Peut-on normalement à la fois voter un Plan Climat à Annecy et à la fois raser les espaces verts ? NON. Pourtant le maire sortant le fait encore et sans consulter les habitants.

Read more

Interdire la chasse les week-ends

🐗 Nous allons engager des négociations avec le préfet pour faire interdire la chasse les samedis et dimanches au Semnoz et au Mont Veyrier. La ville proposera aux services de l’Etat d’être territoire d’expérimentation sans chasse les week-ends.
✅ Le 15 mars Réveillons Annecy avec François ASTORG !

🐗 Nous allons engager des négociations avec le préfet pour faire interdire la chasse les samedis et dimanches au Semnoz…

Gepostet von Réveillons Annecy am Dienstag, 3. März 2020

Read more

Amazon s’implante à Seynod !

Amazon implante un entrepôt logistique à Seynod !

A l’appel d’Extinction Rebellion Annecy, collectif non-violent qui entend alerter les pouvoirs publics et l'opinion sur les enjeux économiques et sociétaux de l'urgence climatique, Réveillons Annecy ! s’est rendu sur le futur site d’implantation d’Amazon à Seynod. L'arrivée du géant Amazon a fait beaucoup de bruit ces dernières semaines, suscitant de nombreuses réactions dans la presse et sur les réseaux sociaux.

Modèle Amazon, urgences climatiques et sociales

Pour Réveillons Annecy, le temps n'est pas à la polémique pour savoir si le maire et l’exécutif étaient informés de l’identité réelle de l’acquéreur des terrains. Il y a dans cette implantation, au delà du modèle économique porté par Amazon, modèle que nous pensons être à contre courant des urgences aussi bien climatiques que sociales, de véritables enjeux qui concernent et impliquent directement les pouvoirs locaux notamment sur la question du commerce de proximité, la mutation des habitudes de consommation ainsi que la question de la logistique du dernier kilomètre.

Le dernier kilomètre de livraison

Nous pensons que les pouvoir publics doivent encadrer et organiser la logistique du dernier kilomètre avec tous les acteurs économiques du transport. Rappelons que cette logistique de bout de chaîne occupe 20 % du trafic, 30 % de la voirie et se trouve être à l’origine de 25 % des émissions de gaz à effet de serre.  En parallèle à ces problématiques environnementales, l’économie et l’aménagement du territoire sont également des problématiques. Les faits sont là : le e-commerce connait des hausses de marché chaque année et la croissance attendue par les transporteurs en 2020 est de 8%. Nos villes ne sont pas adaptées pour absorber le flux créé par les livraisons qui en découlent. Le dernier kilomètre est donc un enjeu économique mais également un enjeu d’aménagement pour apaiser les centres villes tant en terme de pollution, d'embouteillage et de nuisances sonores.

Le besoin d'une vision sur le long terme

Sur notre territoire, la tentative de mise en oeuvre d’une logistique propre et vertueuse n’a pas été accompagnée de la meilleure manière qu’il soit. Changer les habitudes, fédérer l’ensemble des parties prenantes peut prendre du temps et demande donc aux pouvoirs publics de la persévérance et de la vision sur le long terme. Les collectivités doivent légitimement se saisir de ce sujet et c’est notre souhait.

Vers un changement de paradigme de la consommation ?

Sur un autre aspect, il est clair que si les plateforme type Amazon peuvent se développer partout sur le territoire hexagonale, c’est bien parce qu’il y a une demande. Encore une fois, c’est en accompagnant d’autres pratiques de consommation que nous pourrons faire bouger les lignes et changer de paradigme. Sur cet aspect, Réveillons Annecy soutien le développement des commerces de proximités et des circuits courts pour développer l'économie circulaire et locale.

Read more